4 juillet 2013
Quatre dirigeants reprennent les rênes de Camoplast - Roski Composites prend la relève à Roxton Falls

À quelques semaines d'un ­arrêt complet de ses activités, l'usine Camoplast Solideal de Roxton Falls évite le couperet. L'entreprise, qui sera rachetée par quatre dirigeants, a ainsi pu sauver une centaine d'emplois.

Yves Carbonneau occupera la ­présidence et la direction générale de Roski Composites, le nouveau nom de l'entreprise. Les autres actionnaires ­seront Thierry Marie, Estelle Brouillard et Janick Beauregard.

La transaction est prévue pour la fin de l'été 2013. Elle incluera l'ensemble des activités de développement, de ­fabrication et de vente de produits de composite. Pierre Marcouiller, président du conseil et chef de la direction de Camoplast Solideal, est fier de voir ce groupe d'employés de la direction prendre le ­relais. Il confirme qu'une entente a été conclue avec Kawasaki.

« Grâce à son équipe extraordinaire et son histoire fondée sur l'innovation, les produits à valeur ajoutée et l'engagement à servir les clients, cette transaction ­permettra à Roski Composites de ­poursuivre sa propre vision d'affaires et favorisera la croissance de l'entreprise », a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Joint par La Pensée, Martin Carrier, vice-président au développement des personnes et de l'organisation chez ­Camoplast Solideal, parle d'une bonne nouvelle dans les circonstances. Plus de 360 personnes oeuvraient, jusqu'à ­récemment, à l'usine de Roxton Falls, qui produisait des pièces de motomarines pour BRP. La fin des activités était prévue pour le 31 juillet. « On a toujours gardé espoir de ­trouver une solution. Je tiens d'ailleurs à souligner l'excellente collaboration des dirigeants, du personnel, des élus et de la communauté en général. Je suis ­certain que Roski Composites connaîtra du ­succès », déclare-t-il, ajoutant que ­Camoplast assurera son aide pour que la transition se déroule bien.

Yves Carbonneau, fort heureux de ­relever ce nouveau défi, affirme que l'équipe misera davantage sur la ­diversification de ses activités. « Avec le soutien de notre personnel qualifié et engagé, nous envisageons ­exploiter de nouveaux marchés et nous nous engageons à être un chef de file dans le secteur des produits en composite », a-t-il déclaré. 


Réactions

Le maire de Roxton Falls, Jean-Marie Laplante, se disait soulagé face à ce ­dénouement heureux. « On aurait aimé bien sûr sauver tous les emplois, mais ce n'était pas réaliste compte tenu de l'économie actuelle. La vente de l'usine est un projet de longue haleine et dans tout le processus, les gens impliqués ont gardé une attitude ­positive  », dit-il. M. Laplante est convaincu que Roski Composites prendra éventuellement de l'expansion. « Avec des dirigeants aussi ­compétents, il y a sûrement de bonnes chances que le nombre d'employés ­augmente peu à peu. Mais il faut ­commencer par le début, en solidifiant le noyau actuel. C'est en tout cas une très bonne nouvelle pour l'économie de notre village, qui aurait vraiment souffert d'une fermeture complète de l'usine », confie-t-il.

Manon Guay, présidente de l'Association des employés de Camoplast, est ­également heureuse de cette transaction. «Lorsque j'ai appris la nouvelle, j'ai pleuré de joie tellement j'étais émue. On a toujours gardé, au sein du personnel, une attitude positive. Heureusement, plusieurs de ceux qui nous quittent ont pu se relocaliser ailleurs. Et j'ai confiance que la nouvelle entreprise réussira ­éventuellement à augmenter ses ­effectifs  », conclut-elle.


Source: Alain Bérubé, La Pensée de Bagot

Version imprimable
Retour | Haut de page

Me connecter / Log In

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous!
Not a member yet? Subscribe Now!


Problème de connexion? / Connexion problem?

Me connecter / Log In