27 mai 2015
Pygmalion propose une alternative aux familles d'accueil

Fondé en 2010, l'organisme Résidences Pygmalion souhaite établir dans la région un nouveau milieu de vie à des adultes ayant une déficience intellectuelle. Un premier terrain a été acquis à cette fin avril dans le Domaine BelleVie à Amos.


«On commence à Amos avec La maison des petits bonheurs. On espère que ça fera boule de neige dans les autres villes de la région. C'est un modèle qui existe en Estrie, avec quatre ou cinq résidences. Notre objectif, c'est d'offrir une alternative à la ressource de type familiale (RTF) plus traditionnelle, une sorte de RTF améliorée», explique le président André Gaulin.

La formule que propose Résidences Pygmalion à Amos, c'est une maison pouvant héberger trois femmes présentant une déficience intellectuelle. À celle-ci est annexé un logement pour la personne responsable, qui agirait à titre de RTF. On y retrouverait de plus une salle d'activités et une chambrette pour recevoir un aide ou de la visite.

«L'idée, c'est que la personne responsable louera son loyer auprès de nous. Sa rémunération sera versée par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) à titre de RTF. C'est d'ailleurs le CISSS qui choisira la personne et qui fera aussi le pairage des personnes hébergées, comme il le fait déjà pour les RTF», précise M. Gaulin.

Stabilité et implication

Lui-même père d'une fille vivant avec une déficience intellectuelle, André Gaulin voit plusieurs avantages à cette formule. D'abord, elle offre une stabilité et une sécurité aux personnes ayant une déficience intellectuelle. À la différence d'une famille d'accueil, les personnes seront chez elles et hébergeront une personne responsable.

«Cette permanence est très recherchée par les parents. Il arrive que certaines personnes doivent changer de famille d'accueil plus d'une fois et c'est un événement très stressant, fait-il valoir.

«De plus, poursuit-il, on veut souvent s'impliquer en tant que parent auprès de notre enfant, mais ce n'est pas toujours facile en famille d'accueil. Or, Résidences Pygmalion souhaite que la majorité de ses sept postes d'administrateurs soient occupés par des parents. Ils auront une main mise sur la gestion et sur les politiques de la maison.»

Rencontre d'information

Résidences Pygmalion reçoit l'appui et le soutien du CISSS et de la Ville d'Amos. L'organisme est aussi reconnu comme Œuvre de bienfaisance depuis août 2012. Pour le financement du projet, le dossier a été déposé à la Société d'habitation du Québec dans le cadre du programme d'aide AccèsLogis. Une campagne de financement pourrait être lancée prochainement.

Entre-temps, André Gaulin invite les parents de l'Abitibi-Témiscamingue ayant une fille adulte présentant une déficience intellectuelle et qui veulent en connaître davantage sur ce projet à une rencontre d'information le samedi 6 juin, à 14h, à la Maison de la culture d'Amos.

On peut aussi consulter le site internet ou la page Facebook de l'organisme.


Source: L'Écho Abitibien, par Martin Guindon

Version imprimable
Retour | Haut de page

Me connecter / Log In

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous!
Not a member yet? Subscribe Now!


Problème de connexion? / Connexion problem?

Me connecter / Log In