29 novembre 2018
Une première année de mandat marquée par l’apprentissage pour la mairesse Boisjoly

C’était il y a un an, les citoyens de Saint-Félix-de-Valois portaient Audrey Boisjoly à la mairie et elle est devenue, par le fait même, l’une des plus jeunes élues à occuper cette fonction au Québec. L’Action vous propose un retour sur sa première année de mandat qui fut teintée par l’apprentissage du rôle de maire.

D’entrée de jeu, Mme Boisjoly reconnaît que sa première année comme mairesse ne fut pas toujours facile et qu’elle a dû s’adapter rapidement aux nombreux défis qui se sont présentés à elle. « Je suis passée presque directement des études à la politique en devenant conseillère en 2016. Vous savez, être maire, ça ne s’apprend pas dans les cours de science politique, c’est sur le terrain que ça s’apprend » souligne-t-elle. Pour Mme Boisjoly, en tant que mairesse, le plus important est le savoir-être. « Il faut être en mesure de travailler en équipe avec le conseil et l’administration et chercher à trouver l’équilibre entre les différents points de vue » indique-t-elle.  En plus de l’apprentissage, elle a dû composer avec certains changements au sein de l’administration, dont le départ du directeur général, René Charbonneau, et son remplacement par Mario Miller.

Plusieurs projets complétés


Les premières réalisations de la mairesse Boisjoly concernent la complétion de certains projets entrepris par la dernière administration. Plusieurs travaux d’infrastructures furent réalisés cet été dans le village et furent en partie financés par une subvention gouvernementale liée à la taxe sur l’essence. 

Les rénovations du Centre Pierre-Dalcourt furent également complétées tout comme une Halte cycliste. Un comité a d’ailleurs été formé avec Saint-Jean-de-Matha pour compléter une piste cyclable régionale. Mme Boisjoly souhaite d’ailleurs favoriser le développement du réseau cyclable à travers la Matawinie et inciter d’autres MRC à s’y joindre. 

Durant l’été, une stratégie sur l’eau potable a également été mise en place afin de réduire la consommation qui dépassait la moyenne canadienne. Selon la mairesse, un taux de consommation plus élevé que la moyenne canadienne peut mener à des conséquences fâcheuses pour les citoyens, telles que l’installation de compteurs d’eau. Il est donc nécessaire de sensibiliser les gens à une utilisation responsable de cette ressource indique-t-elle. 

La Municipalité a également amélioré ses moyens de communication au cours des derniers mois en accentuant sa présence sur les médias sociaux et en modernisant son site web. Avec ces changements, la mairesse souhaite améliorer le lien entre la municipalité et les citoyens.

Des projets en cours de réalisation

La réfection des Chemins Barette et Joliette, qui devait être effectuée l’été dernier a été reportée dû aux délais d’obtention d’une subvention. Les travaux seront finalement réalisés à l’été 2019. Bien que ces secteurs routiers soient sous juridiction du MTQ, les travaux seront réalisés par la Municipalité. Une voie centrale sera ainsi ajoutée sur la 131 afin d’améliorer la sécurité et la fluidité de la route. Les travaux ne seront pas réalisés en simultané afin d’atténuer l’impact pour les automobilistes. Les coûts de cette réfection s’élèvent à plus 2,6M$. 1M$ sera assumé par la Municipalité. Pour la mairesse, ces améliorations sur les grandes artères de Saint-Félix-de-Valois ne seront pas suffisantes pour régler entièrement la problématique liée au trafic automobile. D’autres mesures devront également être envisagées via un futur plan de transport.

Mme Boisjoly travaille également avec l’administration municipale à mettre en place un plan stratégique pour Saint-Félix-de-Valois. « Il s’agit d’identifier qui nous sommes, ce que nous voulons, quelle est notre vision pour la municipalité et où est-ce qu’on veut aller » L’objectif de ce plan est d’identifier les priorités de la municipalité et mieux en planifier la gestion. Cette politique devrait être déposée au cours de la prochaine année selon la mairesse. 

La mairesse souhaite également identifier les moyens possibles pour dynamiser le cœur villageois et revitaliser le bas du village. Des demandes auprès du programme Rénovert ont été effectuées afin de soutenir les résidents du secteur dans les rénovations des façades. 

Impliquée sur la scène municipale québécoise

Durant cette première année de mandat, Mme Boisjoly s’est également impliquée au sein de la Fédération québécoise des municipalités, qui regroupe les municipalités de région. Elle fut élue pour représenter la région au sein de cet organisme et elle participe notamment aux négociations sur le nouveau pacte fiscal entre le gouvernement et les municipalités. 

©Photo TC Media - Caroline Morneau
Audrey Boisjoly fut élue mairesse de Saint-Félix-de-Valois en novembre 2017.

Version imprimable
Retour | Haut de page

Me connecter / Log In

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous!
Not a member yet? Subscribe Now!


Problème de connexion? / Connexion problem?

Me connecter / Log In