7 janvier 2019
La mine Opémiska de Chapais pourrait reprendre du service

Une société torontoise veut relancer l’ancien navire amiral de Falconbridge

Le complexe minier de cuivre Opémiska de Chapais, qui comprend les anciennes mines Springer et Perry, pourrait reprendre du service après plus de 25 ans d’inactivité.

La société junior torontoise Power Ore a récemment signé une entente avec la société privée Ex-In Inc., propriétaire depuis 1993 des anciennes installations de Falconbridge, en vue d’en faire l’acquisition. Power Ore dispose d’un délai maximal de trois ans et demi pour verser 1,25 M $ à Ex-In, lui émettre quelques millions d’actions et réaliser pour au moins 3 M $ de travaux d’exploration sur la propriété.

Jusqu’à 40 millions de tonnes de minerai

En 2014, une étude indépendante commandée par Ex-In avait en effet indiqué que de 14,9 à 31,3 millions de tonnes de minerai pouvaient être minés en fosse dans les anciennes mines Springer et Perry, à des teneurs en cuivre variant de 1,0 % à 1,5 % et à des teneurs en or allant de 0,41 à 0,69 grammes d’or par tonne.

Pour lire l'article complet, cliquez-ici

Version imprimable
Retour | Haut de page

Me connecter / Log In

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous!
Not a member yet? Subscribe Now!


Problème de connexion? / Connexion problem?

Me connecter / Log In