13 mars 2019
Saguenay en emploi: à la recherche d’une qualité de vie

S’il y avait des doutes quant à la quantité de personnes qui cherchent un travail dans la région, la première édition du salon Saguenay en emploi les aura rapidement dissipés. Plus de 3000 personnes sont venues rencontrer l’un ou l’autre des quelque 80 employeurs présents à l’hôtel Delta de Jonquière, jeudi, de 9 h à 19 h.

Avec pas moins de 800 postes à combler, les employeurs sont en effet loin d’avoir chômé. Le succès indéniable de l’événement s’explique en partie par cette pénurie de main-d’œuvre qui touche la majorité des entreprises régionales, mais aussi par la présence de plusieurs postulants qui provenaient de l’extérieur de la région.

« À Québec et à Montréal, il y a beaucoup de personnes qui ont été interpellées. Il y en a plusieurs qui sont venues profiter du fait qu’en un seul endroit, on pouvait voir toutes les possibilités [d’emplois] au Saguenay », explique la conseillère aux communications de l’événement, Maud Wallerich.

Plusieurs employeurs ont d’ailleurs constaté le phénomène au fil des entretiens avec les postulants.

« [Les candidats] recherchent beaucoup la stabilité d’emploi. On veut rester dans la région et on veut des horaires de travail normaux, puis revenir à la maison. La qualité de vie qu’on a ici au Saguenay–Lac-Saint-Jean, c’est ça qui attire les gens de l’extérieur », expliquent Marie-Ève Dionne et Valérie Perron, qui répondaient aux questions derrière le kiosque de Produits forestiers Résolu.

D’autres employeurs ont aussi profité de l’occasion pour récolter les candidatures, sans nécessairement être prêts à faire des embauches sur-le-champ.

« On a encore 80 places à combler d’ici quatre ans pour nos bureaux de Saguenay. On prend les candidatures, mais on invite les gens à postuler en ligne sur notre site Internet », mentionne Sophie Tremblay d’Ubisoft Saguenay.

Stabilité

Parmi les centaines de personnes qui s’étaient déjà présentées avant même le coup de midi, plusieurs ont pu avoir une rencontre avec des employeurs pour des entrevues individuelles qui étaient menées dans deux salles prévues à cet effet.

Chez les candidats rencontrés qui travaillent déjà, le mot « stabilité » est revenu à plus d’une reprise lorsqu’on leur demandait pourquoi ils souhaitaient changer d’employeur.

« Je suis sur la construction et les contrats sont souvent à l’extérieur aux quatre coins du Québec. Je veux vraiment une stabilité d’emploi, c’est plus ça qui m’intéresse. Être à la maison chaque soir, ce serait gagnant », explique Patrick Émond, un jeune père de 38 ans qui œuvre depuis 14 ans sur des chantiers.

Qualité de vie

Cette qualité de vie à laquelle fait allusion M. Émond, c’est d’ailleurs là-dessus qu’ont misé les organisateurs de ce salon de l’emploi organisé avec la collaboration de la Table avantage Saguenay, qui regroupe 18 acteurs socioéconomiques, dont Services Québec.

Des pastilles « Qualité de vie » trônaient ainsi sur les différents kiosques des employeurs, selon qu’ils offrent des programmes d’aide aux employés, de l’aménagement du temps de travail, des congés, du télétravail, des programmes d’entraînement physique ou encore du soutien financier pour la garde des enfants.

« Autant qu’à l’époque, on cherchait un emploi en envoyant un C.V., aujourd’hui, il faut que tu sois capable d’offrir à la population la chose qui peut les attirer dans [une] organisation. Il faut vraiment se mettre à la page de la génération [de travailleurs] qu’on a présentement pour faire en sorte de les attirer », confie d’ailleurs le directeur général du Complexe Jonquière chez Rio Tinto et président d’honneur de Saguenay en emploi, Jean-François Nadeau.


Source: Le Quotidien

Version imprimable
Retour | Haut de page

Me connecter / Log In

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous!
Not a member yet? Subscribe Now!


Problème de connexion? / Connexion problem?

Me connecter / Log In