PAJ - Actualités- L'Islet http://www.placeauxjeunes.qc.ca/mrc-170-actualites Actualités - L'Islet fr 2015-08-29T10:33:33+01:00 L'équipe de place aux jeunes Actualités Hommes de vase à Saint-Jean-Port-Joli http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id31486 Les 14 et 15 août 2015 dernier, la compagnie de danse contemporaine Fleuve|Espace danse a présenté la première phase de recherche de sa nouvelle création Hommes de vase. Les représentations se sont déroulées à 18 h 30, à la marina de Saint-Jean-Port-Joli dans le cadre d’À ciel ouvert | Danser sur l’infini de l’horizon, événement qui s’inscrit dans la programmation de la 17e traversée de La Fête des chants de marins. L’événement était gratuit.La chorégraphe, Chantal Caron, souhaitait présenter une toute nouvelle création explorant un thème inédit jusque là dans sa démarche artistique : la vase. Depuis le début du mois de juin, quatre danseurs professionnels, soit Oliver Koomsatira, Pierre-Marc Ouellette, Nicolas Patry et Clémentine Schindler, une trentaine de figurants de la communauté et une classe de troisième année de l’école primaire de Saint-Jean-Port-Joli ont étudié, observé et exploré cette matière qui provient d’un long processus d’accumulation, d’une lente et minutieuse manifestation qui transmet les traces du passé et du futur.« Quand les corps sont imbibés de cette matière-là, c’est tellement beau, ça devient comme des sculptures. Ça amène une autre dimension au corps humain. » a dit madame Caron en entrevue avec le Journal le Soleil.La démarche de Chantal Caron est intimement liée à ses racines. Née les deux pieds dans l’eau du fleuve, elle danse et se construit un monde imaginaire sur les berges dès l’âge de 4 ans. Aucune formation de danse n’étant disponible près de son village, elle commencera ses études à Montréal à l’âge de 19 ans.Quelques années plus tard, elle choisit délibérément de redescendre le fil de l’eau et d’installer son espace de création à la campagne, dans son village natal, situé à 3 h 30 à l’est de Montréal. Voulant offrir ce dont elle avait manqué dans son enfance, elle fonde en 1986 l’École de danse Chantal Caron aujourd’hui réputée pour la rigueur de son enseignement auprès des jeunes. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id31486 Le Centre d’éducation des adultes de L’Islet-Sud honore ses méritants http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id30906 C’est lors d’un midi méritas, tenu le jeudi 21 mai dernier, que le Centre d’éducation des adultes de L’Islet-Sud a souligné le mérite de plusieurs élèves.L’excellence a été soulignée par la remise d’une carte-cadeau aux élèves qui ont obtenu d’excellents résultats.• Français : William Duval;• Anglais : Kassandra Godin-Lessard;• Mathématiques : Pascal Brie.Deux mentions spéciales ont été remises :• Assiduité : Xavier Moreau;• Performance : William Duval.La bourse de la Commission scolaire de la Côte-du-Sud , qui reconnaît l’effort, l’amélioration, ou la réussite sous toutes ses formes :• Bourse de 250$ : Maxime BrieLa remise de la Bourse Suzanne-Pellerin, créée en 2008, suite au décès de l’élève Suzanne Pellerin, qui se distinguait par ses qualités d'efforts, constance, gentillesse et persévérance :• Bourse de 75$ : Annie-PierL’année 2014-2015 a connu une belle participation des élèves. Le centre a offert des cours de jour et de soir pour leur permettre d’obtenir leur diplôme d’études secondaires, leurs préalables à la formation professionnelle, ou aux études supérieures (Cégep). http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id30906 Le Vignoble du Faubourg : les saveurs de la terre http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id30905 SAINT-JEAN-PORT-JOLI – Jeunes retraités, Sébastien Vaillancourt et Sylvie Gauvin ont acheté une terre en friche à Saint-Jean-Port-Joli en 1999. Sans financement extérieur, à force de passion, de patience et de savoir-faire, ils en ont tiré le meilleur et l'ont mis en bouteilles.Dès la première année, le couple a planté 2500 plants provenant de six cépages différents. Il fallait faire des tests, découvrir le meilleur raisin pour s'adapter au terroir. Dès 2000, ils sont passés à 10 000 plants d'une dizaine de cépages, puis 6000 de plus en 2001. En 2010, un champignon attaque la vigne. « Comme on refuse à appliquer des produits chimiques dans nos champs, il a fallu se résoudre à arracher 6000 plants », explique M. Vaillancourt.Le couple est conscient de l'impact des arrosages de pesticides sur la qualité du vin. Si le vignoble n'est pas certifié bio, la régie de culture est rigoureusement écologique. Évoquant les nouvelles diffusées dans les médias récemment, Sébastien Vaillancourt est fier d'affirmer qu'« il n'y a aucun risque de trouver du cyanure dans nos vins! »Aujourd'hui, le Vignoble du Faubourg compte 5,5 hectares en culture pour 18 000 plants. Depuis la première cuvée de vin blanc en 2004, on y a développé cinq variétés de vin, rouge, blanc, rosé et deux vins fortifiés de type porto, qui portent la production à environ 8000 bouteilles, selon les années. Les vignerons comptent y ajouter bientôt un rosé pétillant qui en est au stade de l'élaboration.Partager la passionIl est à peu près impossible pour un modeste vignoble comme le leur de se tailler une place à la Société des alcools. On doit donc développer des stratégies de mise en marché locales et régionales qui demandent beaucoup d'énergie. La clientèle du Vignoble du Faubourg est composée à 95% de touristes, qui viennent chercher une expérience globale. Souvent, ils ont suivi un circuit informel et passent de vignoble en vignoble sur la route des vacances. On leur offre des dégustations et une visite guidée des champs et de l'usine.À la fin de la saison, le couple organise une fête des vendanges à l'européenne, qui attire environ 80 participants et dure toute une fin de semaine. On arrive tôt le matin, on cueille le raisin et on partage un repas composé de produits locaux avec les visiteurs. « C'est beaucoup de travail pour nous, note Sylvie Gauvin, mais ce sont nos clients qui réclament de participer aux vendanges. Ils viennent d'aussi loin que Mont-Laurier pour vivre cette expérience. » La formule offre l'avantage de fidéliser la clientèle. « Les gens sont heureux de partager la vie des vignerons et ils apprécient encore plus le vin après avoir participé à la récolte », se réjouit la propriétaire.En septembre 2014, le Vignoble du Faubourg a été l'hôte du banquet de clôture de l'événement Septembre en saveurs. « C'était une vraie fête du terroir, rappelle Sébastien Vaillancourt. Tout venait de la région, le bison, le chevreau, les fromages et le vin bien sûr! »Les défis de l'avenirLes défis sont nombreux pour une petite exploitation vinicole. Outre la culture de la vigne qui requiert un savoir-faire toujours en évolution, il faut aussi accepter de vivre modestement. « Le vignoble est autosuffisant et nous arrivons à assurer un petit revenu à notre fille qui s'est associée à l'entreprise, mais nous ne prenons aucun salaire. » Les règles de mise en marché de la SAQ sont un frein important au développement du vignoble.Il faut donc travailler très fort pour développer le marché local. On peut déjà trouver les vins du Faubourg dans plusieurs restaurants et auberges de la région, mais les préjugés sont encore tenaces envers les vins du Québec. « La reconnaissance vient encore de l'extérieur, où notre réputation ne cesse de grandir, souligne Sébastien Vaillancourt. On travaille fort pour que ça rayonne jusqu'ici bientôt! » http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id30905 Virginie Guibert, une citoyenne engagée http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id30386 Mise en candidature par la Coop de Solidarité Saute-Mouton, Mme Virginie Guibert, de L’Islet, figure parmi les lauréats de «l’Activité de l’implication citoyenne des jeunes en Chaudière-Appalaches» parrainée par le Forum jeunesse de la région. Mme Guibert contribue, à sa façon, à construire un monde meilleur basé sur le respect de l’environnement et la solidarité.Cette «Activité de reconnaissance de l’implication citoyenne des jeunes en Chaudière-Appalaches» vise à reconnaître des jeunes, âgés de 18 à 35 ans, qui se sont illustrés par leurs engagements. Douze jeunes, provenant de sept territoires différents de Chaudière-Appalaches, se trouvaient en lice.Assemblée généraleÀ la suite de l’assemblée générale annuelle du Forum jeunesse régional Chaudière-Appalaches, le conseil d’administration se compose de Justine Casault (MRC de Montmagny), Olivier Duval, président (MRC Beauce-Sartigan), Geneviève Cyr, vice-présidente (MRC des Appalaches), Rosalie Montminy-Morissette, secrétaire (MRC de Bellechasse), Francis Paré, trésorier (MRC Robert-Cliche), Frédéric Vallières (MRC de la Nouvelle-Beauce), Jean-François Brebion (Ville de Lévis) et Maude Bilodeau (MRC de Lotbinière). Le siège des MRC de L’Islet et celui des Etchemins demeurent vacants. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id30386 Pierre Lavoie et La Boucle peuvent être fiers ! http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id30385 Samedi était le point culminant de plusieurs mois de travail. Ce sont 6000 cyclistes qui étaient fiers et heureux d’avoir pu compléter le parcours de 135 kilomètres. Pierre Lavoie était tout aussi heureux lorsqu’il a franchi dans les premiers le fil d’arrivée vers 15h45.Cette belle journée s’est amorcée en force avec l’animation énergique de Josée Boudreault et Josée Lavigueur pour le départ à 10h. Les deux ne cessaient de bouger et danser au rythme de la chanson de U2 : Where The Streets Have No Name, qui a été choisi comme chanson thème de l’événement.Mais tout juste avant le départ de la première vague, un avion F-18 de l’Armée canadienne a fait grimper les décibels ainsi que l’énergie des cyclistes et de la foule.Une fois les cyclistes partis, les festivités continuaient encore sur le terrain de l’école Louis-Jacques Casault. Les tout petits se rafraichissaient dans la grande pataugeuse, de la musique, les trampolines jumpaï, des prestations de groupes de musique et de la crème glacée pour tout le monde étaient prévus.La température était des plus magnifiques. Il faisait chaud, un soleil plombant pour les adeptes de bronzage et un léger vent pour rafraichir le fond de l’air.Autour de 14h, les animateurs de l’arrivée ont pris les choses en main et se sont mis à discuter avec la foule qui s’amassait déjà sur les côtés du parcours.Puis les premiers coureurs ont commencé à pointer au loin. Avec Pierre Lavoie en tête, ils ont tous franchi la ligne d’arrivée le sourire aux lèvres. Des spectateurs félicitaient les cyclistes sur quelques centaines de mètres sur le Boulevard Taché.On pouvait très bien lire sur le visage des participants toute la fierté d’avoir réussi cette épreuve peu banale. Des gens du Nouveau-Brunswick ont participé à La Boucle. Ils ont confirmé qu’ils allaient être de l’événement en 2016 en Montérégie, comme l’a confirmé Pierre Lavoie dans son discours d’avant Boucle.Le maire Desrosiers de Montmagny a tenu à féliciter tout le comité organisateur de La Boucle, à remercier les nombreux bénévoles et aussi à exprimer sa fierté envers sa ville après cette magnifique journée.Les 5000 Boucleurs ont ensuite pu profiter de tous les services mis en place pour bien récupérer. Quant aux 1000 cyclistes du Grand défi, le repos a été court, alors que 400 d’entre eux repartaient pour Sainte-Croix dès 17h30. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id30385 Finesse Boisée s’installe à Saint-Pamphile http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id29867 Installée depuis quelques années au sous-sol de la salle du Centenaire à Saint-Perpétue, la Coopérative de solidarité de produits forestiers non ligneux de la MRC de L’Islet, qui commercialise la marque Finesse boisée, vient de déménager ses pénates au 109, de l’Église, à Saint-Pamphile.Propriétaire de cette bâtisse qui a déjà abrité une station radio et un point de service du CLD, la coopérative a effectué quelques changements qui lui permettront d’améliorer ses services et d’en ajouter de nouveaux pour mieux répondre aux besoins de sa clientèle. Mentionnons entre autres l’aménagement d’une salle de montre et d’une cuisine moderne dotée des équipements adéquats. Cette cuisine pourra même servir à d’autres entreprises alimentaires qui ont besoin d’un local pour développer et transformer leurs produits.De plus, la coopérative ouvrira dorénavant ses locaux au public qui pourra s’y procurer la série «Finesse Boisée» ou d’autres produits de la région. Un coin dégustation permettra à la clientèle de découvrir les produits forestiers non ligneux.Fondée en 2006, la Coopérative de solidarité des produits forestiers non ligneux visait à intégrer, dans un milieu de type mono-industriel, de nouvelles activités de développement économiques durables basées sur la mise en valeur locale des ressources naturelles encore non exploitées.Aujourd’hui, l’entreprise regroupe 82 membres (travailleurs, utilisateurs et de soutien), emploie cinq personnes et distribue ses onze produits dans 55 points de vente disséminés entre Montréal et Rivière-du-Loup. Parmi ses produits, on trouve des gelées (sureau, pimbina, aronia), des tapenades (dont les têtes de violon) et des champignons séchés (bolet, pied-de-mouton, matsutake, chanterelle commune, dermatose des russules).PartenariatAfin d’améliorer la commercialisation de ses produits et de bonifier l’utilisation de la cuisine, Finesse Boisée a conclu un partenariat avec la Coopérative forestière du Haut Plan Vert du Lac des Aigles pour assurer la transformation des Bioproduits Ste-Rita et effectuer une mise en marché commune de leurs produits. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id29867 La Fromagerie Port-Joli double sa superficie http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id29865 Victime du succès généré par ses deux fromages à pâte molle, L’Aubert de Gaspé et le Côte-Sud, la Fromagerie Port-Joli. Agrandissement de 2 500 pieds carrés, nouvelle finition extérieure et achat d’équipements inclus, il s’agit d’un investissement qui frôle les 500 000$.Confiés à Construction Richard Bernier et JFR Construction, les travaux sont en cours et devraient être complétés au début de l’automne.Robert Tremblay, président et directeur général de l’entreprise, se lance dans l’aventure parce qu’il peut compter sur une bonne relève, en l’occurrence son fils Raphaël qui vient d’être nommé vice-président. D’ailleurs, M. Tremblay prévoit lui céder graduellement ses parts sur une période de cinq à sept ans.«Avec le succès enregistré par L’Aubert de Gaspé et le Côte-Sud, nous manquons de place. Nous avons besoin de plus d’espace parce que nous avons d’autres projets» explique M. Robert Tremblay.À court terme, le père et le fils prévoient créer deux autres fromages fins qui porteront des noms à saveur sudcôtoise: «Avec le développement de tels produits, nous visons le marché de la province au complet» de lancer le président et directeur général.L’entreprise emploie actuellement cinq personnes. L’agrandissement et la production de nouveaux produits pourraient entraîner la création d’un poste ou deux.La fromagerie dessert actuellement 200 clients, aux deux jours, dans un rayon de 100 kilomètres. Outre ses fromages, elle produit un beurre qu’on peut trouver sur place, au 16 des Sociétaires, à la Coop La Paix de Saint-Jean-Port-Joli et au Marché du Vieux Port à Québec. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id29865 L’Islet Nature lance son premier produit http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id29861 Autrefois cultivé pour sa fibre textile, le lin entame un nouveau chapitre de son histoire. Désormais, l’intérêt se tourne vers la graine et ses propriétés oléagineuses. Sous l’impulsion du CLD L’Islet, l’huile de lin a donné naissance à un produit santé pour les chevaux sous la marque de commerce L’Islet Nature.Ce projet, unique au Québec, est l’aboutissement d’une volonté de diversifier l’agriculture, notamment en introduisant la culture du lin dans L’Islet Sud, un endroit où, jadis, s’étendaient les prés de fleurs bleues. Un retour aux sources réussi au terme de quatre années d’essais aux champs, principalement à Saint-Pamphile, en collaboration avec un groupe de producteurs et le MAPAQ. Cette culture s’est révélée aussi rentable que l’avoine ou le canola.La récolte des 40 hectares en culture fut bonne, suffisamment pour fabriquer et commercialiser cette huile pour les chevaux dont on dit déjà beaucoup de bien. Elle rend la robe du cheval brillante et en santé en plus d’agir comme lubrifiant naturel au niveau des articulations. En testant le produit, Hélène Caron, directrice du Centre d’équithérapie La Remontée de Saint-Jean-Port-Joli, a eu l’occasion de constater les bienfaits de cette huile à haute teneur en oméga-3 sur un cheval de 18 ans. L’utilisation quotidienne du produit a atténué jusqu’à faire disparaître le problème d’œdème que présentait l’animal aux pattes arrières le matin.Les installationsAprès l’étude de marché concluante, il fallait trouver le site et les équipements de transformation. Le partenariat a fourni la clé indispensable à la mise en place de L’Islet Nature. En effet, le CLD s’est associé avec la Ferme Pré Rieur pour le partage des installations de transformation. Ainsi, le CLD a fait l’acquisition d’une presse d’extraction trouvée en Allemagne, au coût de 40 000$, qui sert aussi à la production de l’huile de tournesol alimentaire provenant de cette ferme de Saint-Jean-Port-Joli. Les installations sont situées dans une bâtisse appartenant à Plastiques Gagnon, sur le chemin du Moulin à Saint-Jean-Port-Joli.Les producteurs ne cultiveront pas le lin cette année, les réserves étant assez abondante pour développer le marché. «C’est un beau projet de développement local et de concertation régionale» d’ajouter Pierre Roy, directeur général du CLD L’Islet.Et pour couronner le tout, le résidu solide de l’extraction, appelé le tourteau de lin, sert dans l’alimentation animale et pourrait même un jour, qui sait, être introduit dans nos barres tendres, d’indiquer Frédéric Soucy, coordonnateur des projets du CLD, en nous invitant à goûter. Potable, mais un peu collant en bouche. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id29861 Bilan, Défi têtes Rasées 2015 au Centre Bombardier de La Pocatière : 48 têtes et 60 800 $ amassés http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id29561 Leucan est ravie du succès de l’édition du Défi têtes rasées MD Leucan, présenté par le Groupe Jean Coutu qui avait lieu le mardi 12 mai au Centre Bombardier de La Pocatière, de 17 h à 19 h. 48 participants ont posé le geste généreux de mettre leur tête à prix en signe de solidarité envers les enfants atteints de cancer et ont permis d’amasser la somme de 60 800 $, un record dans la région.L’événement, sous la présidence d’honneur de Mme Chantal Caron, directrice artistique et chorégraphe de Fleuve|Espace Danse ainsi que directrice de l’École de danse Chantal Caron, a débuté par le rasage du maire de St-Jean Port-Joli et préfet de la MRC de L’Islet, M. Jean-Pierre Dubé, qui a amassé 11 280 $ pour la cause.Défi têtes rasées 2015_La Poc_J-P Dubé_Patricia Gagné_12 mai 2015_réduiteJean-Pierre Dubé et Patricia Gagné, participants« Je vous annonce officiellement que mon grand frère a perdu sa moustache aujourd’hui (le 12 mai) à 17 heures au centre Bombardier car il a plus que doublé son objectif fixé à 5 000$. Bravo Jean-Pierre pour le geste… et tous les efforts pour réunir ce montant. » de déclarer Johanne Dubé, la sœur de Jean-Pierre Dubé.Notons également la participation du groupe de l’École de danse Chantal Caron qui a amassé 6 696 $ ainsi que de six employés de l’entreprise Action Progex inc. qui ont récolté près de 2 370$ $. Soulignons aussi l’implication d’une employée du restaurant La Coureuse des Grèves et sa fille (plus de 2 700$), de l’entreprise Art Massif structure de bois (plus de 1200$) ainsi que du Cégep de Rivière-du-Loup (près de 2 900$) qui ont relevé leur Défi personnalisé en équipe.En début de soirée, Rébecca Ruel, 22 ans, diagnostiquée avec une tumeur cérébrale à l’âge de 16 ans, a livré un touchant témoignage sur les épreuves qu’elle a dû traverser et le précieux soutien de Leucan.« C’est un beau message d’espoir que véhiculent tous ces gens qui s’impliquent émotivement et financièrement pour les enfants atteints de cancer année après année. Grâce à tous ces gens de coeur, Leucan peut offrir des services distinctifs à ses familles et financer la recherche clinique qui a permis d’augmenter le taux de survie de 15 % à 82 % », affirme Mme Catherine Anctil-Robitaille, chargée de projets au développement philanthropique à Leucan.L’équipe de Leucan souhaite remercier chaleureusement Mme Caron pour sa généreuse participation en tant que présidente d’honneur ainsi que la jeune porte-parole Rébecca Ruel, qui ont fièrement représenté la cause. Mentionnons également la collaboration du comité organisateur formé de Carole Juneau, de Julie Lévesque, et d’Annie Desbiens, sans oublier tous les participants, coiffeurs, partenaires, donateurs, les bénévoles et tous les partenaires locaux.Le Défi têtes rasées Leucan est une activité de financement majeure qui mobilise la communauté dans un élan de solidarité afin d’offrir des services aux familles d’enfants atteints de cancer. C’est aussi un geste de soutien envers les enfants qui subissent, lors de la chimiothérapie, une modification de leur image corporelle par la perte des cheveux. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id29561 Début des travaux du nouveau gymnase de l'école St-François-Xavier à L'Islet-sur-Mer http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id29455 L’ISLET - Le paysage a quelque peu changé à L'Islet-sur-Mer sur le parvis de l'église et dans la cour de l'école St-François Xavier. Les pelles mécaniques sont à l'ouvrage dans la cour d'école pour construire un nouveau gymnase, un peu plus d'un an après avoir reçu la confirmation pour son financement.Le parvis de l'église a été aménagé en cour d'école provisoire jusqu'à la fin des travaux, prévus fin octobre. Le projet de 2,9 M$ consiste en la construction d'un gymnase à plateau simple avec vestiaires, rangements et bureau.L'actuel gymnase est au deuxième étage de l'école, dans un espace très exigu, avec des colonnes de soutènement au milieu du terrain.Il aurait fallu près de 7 ans pour finaliser ce projet. (V.G) http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id29455 Le retour de la Marche Hélène Caron http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id29454 Vendredi dernier à 18 h 30, débutait la septième saison de « La Marche Hélène Caron », au Parc Saint – Nicolas de Montmagny. Trente marches auront lieu en trente jours, pour amasser des fonds dans le but de venir en aide aux gens devant subir des traitements pour le cancer.Triste nouvelle, nous avons appris que la battante a dû reprendre ses traitements de chimiothérapie le jour même de la marche. Elle a toutefois affirmé qu’elle poursuivra quand même ses activités.Le député Norbert Morin était sur place pour lancer « La Marche Hélène Caron » version 2015. Il a tenu à souligner l'ampleur de l'implication et du dévouement de madame Caron.La marcheAinsi, du lundi au vendredi, l'événement aura lieu à 18 h 30. Pour le samedi et le dimanche, la marche aura lieu à 13 h 30. Un seul dimanche de marche aura lieu à Montmagny, soit le 10 mai. Les trois autres dimanches, la marche se déplacera : 3 mai, Saint-Pamphile ; 17 mai, Saint-Paul de Montminy puis; 24 mai, Saint-Jean-Port-Joli.« Tout l'argent amassé lors de ces marches aidera les gens malades qui doivent défrayer des coûts reliés à leurs traitements pour le cancer », de dire Hélène Caron. « Que ce soit pour des traitements à Montmagny, pour les gens de notre MRC ou pour des traitements à Lévis ou à Québec, nous pouvons venir en aide aux personnes malades, » de poursuivre Hélène Caron.L'an dernier la marche a amassé 28 100 $, ce qui a aidé 56 personnes malades. « Ce montant est très bien mais, quand on considère que plus de 400 personnes sont décédées du cancer dans la MRC de Montmagny-L'Islet en 2014, il est évident qu'il nous faut encore amasser beaucoup plus d'argent, » de dire Mme Lise Vachon, directrice générale de la Fondation Hélène Caron.CalendriersDes calendriers de « La Marche Hélène Caron » sont en vente. Déjà 300 des 550 disponibles ont été vendus. On peut s'en procurer un au Parc Saint – Nicolas lors des marches ou en allant sur le site Internet de la Fondation Hélène Caron. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id29454