PAJ - Actualités- Les Basques http://www.placeauxjeunes.qc.ca/mrc-110-actualites Actualités - Les Basques fr 2018-07-20T10:15:34+01:00 L'équipe de place aux jeunes Actualités Marathon de la création à Trois-Pistoles avec 5 artistes du Bas-Saint-Laurent http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50324 (M.J.) – Photos: Hughes Bouchard/Journal L’Horizon – Le Marathon de la création présentera 5 artistes du Bas-Saint-Laurent, les 25, 26 et 27 juillet à Trois-Pistoles.C’est lors d’un 5 à 7, le 28 juin, que Soraîda Caron a dévoilé les noms de ces artistes.Cynthia Naggar, Annie Landreville, Stéphanie Beaudoin, Xavier Shénéchal et Laurence Belzile effectueront une résidence pistoloise de création de deux jours.L’événement est parrainé par la compagnie Mars elle danse et Les Amis de l’art de la Maison du notaire. Il se déroulera dans différents lieux: la Forge à Bérubé, le quai de Trois-Pistoles (sous le gazebo), la fenêtre du 2e étage de la Cantine D’Amours, le Centre-femmes Catherine-Leblond et la Maison du notaire.Ces résidences d’artistes donneront naissance à 5 oeuvres ou performances qui seront présentées au public le 27 juillet en soirée.Le tout se terminera par une rencontre festive dans le parc de l’église de Trois-Pistoles avec le DJ Jérôme Forget.Artistes et partenaires du Marathon de la créationSource : Journal l'Horizon http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50324 La Maison des jeunes de Trois-Pistoles reçoit 700 $ http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50326 Photo: Facebook / Maison des jeunes de Trois-PistolesLa Fondation Laure-Gaudreault a remis une bourse de 700 $ à la Maison des jeunes l’Univers de Trois-Pistoles suite à leur demande. La Maison des jeunes est un lieu de rencontre, un milieu de prise en charge et d'éducation pour les adolescents.Elle favorise l'expression, l'intégration sociale, l'épanouissement, l'autonomie, l'écoute et l'échange. C'est aussi un lieu de prévention et d'information où les intervenants accompagnent et soutiennent les jeunes à une période de leur adolescence. Pour réaliser une partie de sa dimension sociale, l'AREQ (CSQ), Association des retraitées et retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec, a mis sur pied la Fondation Laure-Gaudreault en 1990.Source : Infodimanche http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50326 Un pas de plus vers le Centre multifonctionnel à Trois-Pistoles http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50154 Le projet de Centre multifonctionnel et de congrès de Trois-Pistoles, prévu aux abords de la route 132, a franchi une nouvelle étape, le 20 juin. Lors de la rencontre du conseil des maires de la MRC des Basques, un avis de motion décrétant un emprunt pour sa construction a été présenté.Les maires des Basques se rencontreront de nouveau à la fin aout afin d’adopter officiellement le règlement qui lancera la réalisation de ce lieu appelé «Espaces Basques». Réunis à Saint-Éloi, mercredi en soirée, tous semblaient sur la même longueur d’onde.«Nous avons maintenant 30 jours pour étudier le règlement et le peaufiner. Ensuite, on pourra l’adopter de façon finale (…) Si tu regardes l’ensemble de l’avis des maires, ils sont d’accord et ça ne devrait pas changer», a fait savoir le préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis.Les élus ont également adopté une résolution autorisant la MRC des Basques à utiliser le Fonds en provenance des redevances du Parc éolien Nicolas-Riou afin de rembourser les contributions versées pour le projet de construction.L’emprunt surpasserait les 3 M$ pour ce projet évalué à environ 2,5 M$. Propriété de la MRC des Basques, le Centre multifonctionnel et de Congrès est associé à l’important projet de complexe hôtelier souhaité sur la route 132, près de la rue Jean-Rioux.L’hôtel privé de 50 chambres souhaité par le maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux, représente quant à lui des investissements d’environ 6,5 M$. Le fait que les deux projets vont de paire a souvent été rappelé.À la fin mai, une première étape de ce projet d'envergure avait été franchie lorsque La Coop Agriscar a procédé à la première pelletée de terre de la construction de son nouvel édifice commercial, situé au 680, rue Jean-Rioux.Source : Infodimanche http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50154 Projet hôtelier à Trois-Pistoles : des travaux prévus à l’automne http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50152 Décidément, le grand projet hôtelier de Trois-Pistoles va bon train. David Duperron Immobilier Inc, un promoteur immobilier de la région de Québec, s’apprête à faire l’acquisition de 4 nouveaux terrains commerciaux.Ces terrains, qui sont tous situés en bordure de la route 132 à proximité de l’intersection de la route 293 (Rue Jean Rioux), viendront se regrouper avec un autre terrain commercial que le promoteur avait acquis, il y a deux ans, de Conrad Larrivée, un homme d’affaires de la région.Le promoteur souhaite ériger un ensemble immobilier d’importance dont le point central serait un nouvel hôtel lié à une bannière internationale. Si tout va bien, les travaux de préparation des terrains devraient débuter à l’automne 2018 et la mise en opération de l’hôtel d’une quarantaine de chambres serait prévue pour l’été 2019.Selon M. Duperron, le nouvel établissement hôtelier aura une signature moderne et respectera par son design intérieur, les spécificités propres de la région.«Je veux que les clients qui s’arrêteront chez nous puissent vivre et ressentir l’expérience du Bas-Saint-Laurent dans les décors et surtout par l’ambiance qui se dégagera de notre établissement. La région des Basques, qui possède des atouts récréotouristiques uniques et exceptionnels, vit présentement un regain d’entrepreneurship très créatif et prometteur à mes yeux. Cela est très sécurisant et attirant pour des investisseurs que je solliciterai bientôt pour participer avec moi à ce projet», a-t-il déclaré par voie de communiqué.Source : Infodimanche http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50152 L’île aux Pommes : Un havre de paix pour le canard eider et une histoire de famille http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50150 (Texte: Marjolaine Jolicoeur, journaliste) – Crédit photo: Jessica Latouche – L’île aux Pommes est située dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent, au large de Saint-Éloi, à mi-chemin entre l’île Verte et l’île aux Basques. C’est un havre de paix pour le canard eider tout comme pour une grande diversité d’oiseaux. L’île est intimement liée à l’histoire de la famille Déry qui, depuis plus de 85 ans, consacre ses énergies à la mise en valeur de cette réserve naturelle où les oiseaux sont les maîtres du lieu.L’île aux Pommes appartient à la famille Déry depuis 1927, suite à son achat par David Alexis Déry, le grand-père de Gaston Déry. Ce dernier en est devenu le propriétaire en 1980 et depuis travaille à revitaliser ce sanctuaire pour le canard eider mais aussi pour une multitude d’oiseaux.Ses deux enfants sont propriétaires depuis 2015 et perpétuent la protection familiale de l’île. C’est ensemble qu’ils s’occupent de ce lieu qualifié par plusieurs de « magique ».« Mais les vrais propriétaires sont les oiseaux. Pour notre part, nous ne sommes que les gardiens de l’île », nous dit en entrevue M. Déry.L’île aux Pommes accueille la deuxième plus importante colonie d’eiders du Bas-Saint-Laurent, la première étant celle de l’île Biquette au large du parc du Bic.On y dénombre aussi, au fil des saisons, plus de 135 espèces d’oiseaux : petit garrot, grand héron, paruline, bernache du Canada, fou de Bassan, sterne ou hirondelle bicolore. Ces oiseaux viennent se nourrir, se reposer pour ensuite mieux repartir dans l’estuaire du Saint-Laurent.Il y a 40 ans, l’île n’affichait pas une si belle biodiversité. Elle était plutôt envahie par 20000 goélands argentés et marins ainsi que plusieurs milliers de cormorans à aigrettes qui non seulement dégradaient l’île avec leurs excréments, mais faisaient fuir les autres espèces d’oiseaux.Régénération de l’îleLe gardien de l’île a alors mis en place un plan d’aménagement afin de développer un lieu propice pour les canards eiders. Il a planté des arbustes à petits fruits – groseilliers, églantiers, framboisiers ou amélanchiers –, épandu de la terre meuble, de la tourbe et installé des abris artificiels en bois pour favoriser la nidification des eiders.« Toute cette végétation a chassé les goélands qui préfèrent nicher dans un milieu à découvert. Les eiders eux, au contraire, vont aimer un milieu avec une végétation dense et des arbustes », explique M. Déry, un ingénieur forestier de formation.Maintenant, plus de 6000 eiders passent deux mois sur l’île chaque année. En 2017, on a dénombré 3000 nids. Au printemps, les femelles couvent pendant 28 jours. Après l’éclosion, la famille se rend jusqu’au marais salé de L’Isle-Verte, lieu d’élevage des canetons.Au début d’août, les eiders se dirigent vers leurs lieux d’hivernage le long des côtes du Maine et du Massachusetts. Puis, on les voit regagner l’île aux Pommes la saison suivante, car les eiders reviennent toujours nicher à l’endroit où ils sont nés. On estime que ces canards peuvent vivre pendant une vingtaine d’années.Une vie vouée à la biodiversitéIl y a longtemps que M. Déry fréquente l’île aux Pommes puisqu’il a passé tous les étés de son enfance à Trois-Pistoles, où son père et son grand-père possédaient des chalets. « Une de mes excursions favorites était d’aller avec eux sur l’île. Mais le lieu n’était pas très hospitalier avec tous ces milliers de goélands. J’ai consacré presque 40 ans de ma vie à réaliser ce rêve ultime : que cette île devienne un havre de paix pour les eiders, mais aussi pour d’autres espèces d’oiseaux. Je suis fier maintenant de dire qu’elle détient un statut de protection à perpétuité. »En 2017, Gaston Déry a été nommé membre de l’Ordre du Canada en guise de reconnaissance pour son implication et sa démarche dans la mise en valeur de l’île aux Pommes.En acceptant cette distinction honorifique, il a tenu à souligner « l’importance du rôle du citoyen pour que nos enfants héritent d’une planète en santé et en harmonie avec tous les êtres vivants ».Le gardien de l’île, Gaston Déry (Crédit: Jean-Marie Villeneuve)Source : Journal l'Horizon http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50150 Micheline Lanctôt au Croc-Nature http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50059 Amoureuse de notre région, Micheline Lanctôt a tenu au début du mois de juin un vernissage de ses œuvres au Château Landry de Mont-Joli et un thé littéraire aux jardins de Métis. Pour l’occasion, la marraine du parc Croc-Nature a rencontré la Brigade Verte de Saint-Simon pour le lancement de la deuxième phase de ce projet rassembleur et innovateur d’un parc de végétaux comestibles.Très enthousiaste, elle invite les citoyens et le milieu d’affaires à parrainer un nichoir, un arbre, un banc, une platebande ou à donner du temps, des végétaux ou tout autre don. Vous pouvez visionner cette vidéo sur la page Facebook de la Brigade Verte de Saint-Simon.Cette comédienne chouchou du Québec qualifie cette initiative communautaire «d’extraordinaire» et ce projet «de formidable». N’hésitez pas à joindre cette aventure unique. Pour plus d'information, vous pouvez communiquer avec Michelle 418 738-2659 ou Mélanie 418 732-5062.Source : Infodimanche http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50059 Lancement de la campagne de financement participatif du Caveau des Trois-Pistoles pour la relance de la Maison de l’Écrivain http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50053 La microbrasserie Le Caveau des Trois-Pistoles annonce le lancement de sa deuxième campagne de financement. En effet, la microbrasserie se lance en culture et fait appel à l’aide du public pour le développement et la revitalisation de la Maison de l’Écrivain.Ce qui était autrefois la Maison de VLB représentait un véritable complexe culturel incluant une salle de théâtre (Le Caveau-Théâtre), une galerie d’art (L’Atelier de Léonardo), un restaurant (Le Grenier d’Albertine), un musée du téléroman (Le Salon de Madame Félix) et les Éditions Trois-Pistoles.Le Caveau des Trois-Pistoles a entrepris de faire revivre cette institution culturelle. Cette relance s’appuie notamment sur la nouvelle Librairie de l’Écrivain, son casse-croûte et un salon de thé unique en son genre, où se dérouleront divers événements culturels au courant de l’été. Ce réinvestissement en culture se fait en plus de leurs activités brassicoles, toujours en démarrage.Les fonds amassés permettront d’aménager et d’ouvrir La Librairie de l’Écrivain, où il sera possible de trouver des livres neufs des Éditions Trois-Pistoles, des ouvrages d’occasion, des produits du terroir, de l’artisanat local ainsi que des souvenirs du Caveau des Trois-Pistoles. Toutes les sommes excédentaires seront réinvesties dans le développement de la Maison de l’Écrivain, entre autres pour supporter des initiatives à portée sociale, culturelle ou environnementale qui s’y dérouleront tout au long de la saison.https://laruchequebec.com/projet/caveau-des-trois-pistoles-relance-culture-4650/Information: 418 943-8800 –biere@caveau3pistoles.comSource : Journal l'Horizon http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50053 L’ARTERRE arrive au Bas-Saint-Laurent http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49955 Les MRC de Kamouraska, Rivière-du-Loup, Témiscouata, Les Basques, Rimouski-Neigette, La Matanie, La Mitis et La Matapédia sont heureuses d’annoncer la mise en place au cours du mois de septembre 2018 du service L’ARTERRE sur tout le territoire du Bas-Saint-Laurent.L’ARTERRE Bas-Saint-Laurent est possible grâce au financement du FARR (Fonds d’Aide au Rayonnement des Régions) et crée deux postes d’agents de maillage afin de desservir le territoire. Ce nouveau service sera offert dès septembre à partir de chaque MRC, mais plus précisément localisé selon la région, soit : un dans l’est et l’autre à l’ouest. Leur travail sera axé sur l’accompagnement et le jumelage entre aspirants-agriculteurs et propriétaires de terres, de bâtiments agricoles ou agriculteur sans relève identifiée. Il privilégie l’établissement de la relève par démarrage et reprise de fermes afin d’assurer la pérennité des entreprises et du patrimoine agricole au Québec.Les détails sur le service et le répertoire des terres et des aspirants-agriculteurs inscrits à la grandeur du Québec peuvent être consultés sur le Web à www.arterre.ca. Rappelons que le déploiement provincial de L’ARTERRE est rendu possible grâce à un financement du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, en vertu de l’entente Canada-Québec «Cultivons l’avenir 2», et du Secrétariat à la jeunesse, en relation avec la Stratégie d’action jeunesse 2016-2021.Source : Infodimanche http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49955 Bilan de l’AGA de la SADC des Basques http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49954 Photo : Yvanho Rioux, directeur général et Jocelyne Rioux, présidente du conseil d’administration de la SADC. Le conseil d’administration de la SADC des Basques a livré les résultats de la dernière année lors de son assemblée générale annuelle, le 6 juin dernier.L’année 2018 a été une très bonne année sur plusieurs volets.Des investissements totalisant 1 029 888 $ ont été accordés sous forme de prêts et de contributions financières dans les entreprises et organismes sur le territoire de la MRC des Basques. Plusieurs entreprises sont en croissance et la relève est au rendez-vous pour un grand nombre d’entreprises.En ce qui concerne le financement aux entreprises, la SADC a autorisé des prêts pour plus de 900 000 $. De plus, de nouvelles entreprises verront le jour sur le territoire de la MRC des Basques au cours de la prochaine année. Pour la SADC, le milieu des Basques se démarque par son offre commerciale diversifiée.Le fonds Stratégie jeunesse a fêté ses 20 ans d’existence au niveau provincial. Ce fonds, qui est désormais admissible aux jeunes de moins de 39 ans, a connu une année record en termes d’autorisations de demandes de prêts pour un total de 266 000 $ pour l’année finissant le 31 mars 2018.Économie localeConcernant le développement économique local, le projet de revitalisation commerciale à Trois-Pistoles,Notre-Dame-des-Neiges et Saint-Jean-de-Dieu se poursuit pour la prochaine année aux mêmes conditions. Selon la SADC, son implication dans différents comités qui œuvrent au développement économique local lui permet d’être plus proche des besoins des collectivités.Encore cette année, en collaboration avec plusieurs organismes, la SADC a participé à la réalisation du Babillard de l’emploi.Les membres du conseil d’administration élus cette année sont : Nancy Dubé, secteur secondaire; Jean-Marie Dugas, secteur tertiaire; Maurice Ouellet, secteur des aînés et Jocelyne Rioux, secteur développement local.À ceux-ci s’ajoutent Line Caron, secteur communautaire; Dany Hudon, secteur primaire; Denise Leblanc, secteur de l’éducation; Laurie Vaillancourt, secteur jeunesse et Bertin Denis, préfet de la MRC des Basques.Les officiers sont Jocelyne Rioux, présidente; Jean-Marie Dugas, vice-président et Dany Hudon, secrétaire.Source :Journal l'Horizon http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49954 124 000 $ afin de favoriser l’attraction d’immigrants dans les MRC des Basques et de Témiscouata http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49796 Attirer et retenir des personnes immigrantes dans les MRC des Basques et de Témiscouata, c’est un défi auquel les entreprises font face depuis maintenant quelques années. Le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) et les deux MRC réalisent un investissement totalisant près de 124 000 $ afin de favoriser l’attraction et l’intégration d’immigrants sur leur territoire.Le ministère injecte près de 102 000 $ dans le cadre de son Programme Mobilisation-Diversité pour deux projets. D’abord, les MRC accordent chacune un montant de 11 000 $ auquel s’ajoute une subvention de 22 000 $ du MIDI permettant l’embauche de deux personnes-ressources sur une période d’un an. Elles accompagneront les communautés, les organismes et les entreprises dans leurs démarches de recrutement de main-d’œuvre.Le deuxième projet vient appuyer l’engagement de la MRC de Témiscouata à cet effet. Les activités et initiatives prévues au projet visent à réaliser les principes qui soutiennent une «municipalité ouverte et inclusive». L’appui du MIDI à ce volet s’élève à près de 80 000 $.«Dans le contexte actuel de baisse démographique et de pénurie de main-d’œuvre, il faut être proactifs, explorer les diverses avenues de développement qui s’ouvrent à nous et tirer notre épingle du jeu», a mentionné Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata«Nos deux MRC ont plusieurs points en commun et nos préoccupations se rejoignent. Il était naturel de s’associer pour mener à bien cette initiative visant à attirer et à accueillir de nouveaux citoyens chez nous», a expliqué Bertin Denis, préfet de la MRC des Basques.«Nous voulons réunir les meilleures conditions possibles pour favoriser l’établissement durable des personnes immigrantes en région et ce nouveau soutien financier aidera les MRC de Témiscouata et des Basques à mobiliser les autres acteurs du milieu et à développer des pratiques d’accueil et d’intégration», a indiqué David Heurtel, ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion.«L’immigration est une des solutions pour faire face aux défis démographiques et aux besoins de main-d’œuvre. L’accueil et la participation des personnes immigrantes, que ce soit en milieu de travail ou dans la vie sociale, sont des acquis importants pour nos collectivités», a ajouté Jean D’Amour, ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent et député de Rivière-du-Loup–Témiscouata.Plusieurs autres partenaires locaux participent à cette démarche. Mentionnons entre autres la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs, le Centre local d’emploi de Témiscouata et des Basques, le Service Accès Emploi, le Carrefour Jeunesse Emploi, la SADC, la Chambre de commerce du Témiscouata, la municipalité de Saint-Marc-du-Lac-Long et la Corporation de développement économique du Transcontinental.Source : Journal l'Horizon http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49796 La Ville de Trois-Pistoles vend un terrain à l’entreprise Chaga du Bas http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49788 Photo: Jean-Pierre Rioux, maire de Trois-Pistoles et Julie Sylvain, propriétaire de Chaga du BasLa Ville de Trois-Pistoles a vendu un terrain à l’angle des rues Jean-Rioux et du Parc à l’entreprise Chaga du Bas. La propriétaire, Julie Sylvain, avait flairé l’opportunité d’affaires que représente l’option d’établir son commerce aux abords du quai.Rappelons que Chaga du Bas se spécialise dans la production et la commercialisation de produits dérivés du chaga, ce champignon poussant sur les bouleaux jaunes ou blancs.Déjà, sur le site, au moment de la pelletée de terre officielle, la machinerie s’activait en vue d’une mise en fonction des opérations commerciales dans les prochaines semaines.L’ouverture officielle se fera donc pour assurer une présence active de Chaga du Bas durant la saison touristique 2018.En plus d’offrir ses produits dans une boutique, l’entreprise proposera à cet emplacement d’autres produits locaux, ainsi qu’une salle à manger permettant la consommation sur place. À noter qu’une partie du bâtiment servira pour la production et ce, toute l’année.Le maire se dit fier de voir une entreprise à valeur environnementale s’établir dans la ville : « Mme Sylvain est une véritable pionnière dont on entendra parler pendant longtemps ».Ce nouveau point de service s’ajoute aux 11 autres existants où l’on peut déjà acheter les produits de Chaga du Bas.Source : Journal l'Horizon http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49788