PAJ - Actualités- Charlevoix-Est http://www.placeauxjeunes.qc.ca/mrc-150-actualites Actualités - Charlevoix-Est fr 2019-03-18T11:52:21+01:00 L'équipe de place aux jeunes Actualités Formation rémunérée pour des préposés aux bénéficiaires de Québec http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id54208 Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale espère embaucher 125 préposés aux bénéficiaires d'ici la fin de l'année en leur offrant une formation payée.(Crédit article Radio-Canada Publié lemercredi13mars2019)L’organisme s’est associé au centre de formation professionnelle Fierbourg pour tenter de résoudre le manque à gagner de 300 préposés aux bénéficiaires dans ses quelque 30 établissements.Le partenariat a mené à la création d’un nouveau modèle de formation qui permettra aux étudiants de recevoir une rémunération de près de 15 000 $ durant la phase pratique de leur cursus, qui totalise 665 heures.La formation de huit mois, dont la majeure partie se fera en centres d'hébergement de soins de longue durée, sera donnée par le centre Fierbourg.L’obtention du diplôme d’études professionnelles de préposé aux bénéficiaires comprend un total de 870 heures de formation pratique et théorique.Emploi garantiEn plus d’offrir une rémunération aux étudiants-préposés, le CIUSSS de la Capitale-Nationale leur garantit un poste permanent dès la fin de leurs études.La directrice des ressources humaines et des communications de l’organisme, France Goudreault, indique que cette offre « audacieuse » et « attrayante » survient dans un contexte marqué de pénurie de main-d’œuvre.« Ils deviennent des employés du CIUSSS dès le début. Ils sont en formation théorique non rémunérée à Fierbourg, mais aussitôt qu’ils deviennent en formation pratique, ils deviennent des employés du CIUSSS et ils contribuent réellement à l’équipe de soins […] selon le niveau d’apprentissage qu’ils auront développé », explique Mme Goudreault.Un programme de formation rémunéré a été mis en place l’an dernier dans quatre centres de formation professionnelle de la région de Chaudière-Appalaches. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id54208 Tous les programmes réguliers du Centre d'études collégiales en Charlervoix (CECC) débuteront à l'automne 2019 http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id54206 La Malbaie, le 12 mars 2019 – Le Centre d’études collégiales en Charlevoix (CECC) poursuit son analyse des dossiers de demandes d’admission du premier tour reçu au 1er mars 2019, et un constat positif se dégage déjà : tous les programmes réguliers du CECC démarreront à la prochaine rentrée scolaire.(Crédit article page Facebook du CECC)Les étudiantes et les étudiants qui ont déposé des demandes d’admission pour la rentrée 2019 recevront leur réponse sous peu. Il reste, par ailleurs, encore des places dans tous les programmes : il est encore temps de déposer des demandes d’admission au 2e tour en cours!« J’encourage toutes les personnes intéressées par un de nos programmes préuniversitaires à faire leurs études collégiales en Charlevoix, avant d’aller, inévitablement, à l’université dans une autre région », commente la directrice, Mme Marie Aboumrad. « Réussir dans un environnement unique : ce n’est pas qu’un beau slogan, c’est une réalité chez nous : l’environnement physique est magnifique, et l’environnement pédagogique est de grande qualité. Rares sont les cégeps où les professeurs sont aussi disponibles pour un nombre restreint d’étudiants. »« Du côté des techniques, les programmes offerts au CECC sont directement en lien avec des emplois disponibles dans la région. Nous avons besoin, en Charlevoix, d’éducatrices et d’éducateurs spécialisés, d’infirmières et d’infirmiers, et beaucoup de personnel administratif! La preuve en est que nous offrons à La Malbaie le programme de Techniques administratives en formule alternance travail-études [pour lesquels les stages d’été sont rémunérés] et nous avons plus de demandes de stagiaires par les organisations de la région que d’étudiants à placer : nos finissantes et nos finissants sont attendus sur le marché du travail, en stage et en emploi étudiant à temps partiel, avant même l’obtention de leur diplôme! Les stages et un excellent taux de placement rendent les études encore plus concrètes et stimulantes! » ajoute Mme Aboumrad.Le programme de Gestion d’un établissement de restauration, en partenariat avec l’ITHQ, patientera un an encore avant d’être mis en œuvre en Charlevoix. Le seul programme qui n’a pas été demandé est celui de Gestion d’un établissement de restauration, en partenariat avec l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ), qui devait débuter pour une première fois en août 2019. Ce n’est que partie remise, selon la directrice du CECC : « Je suis évidemment désolée que nous n’ayons pas reçu de demande pour cette nouvelle proposition de formation collégiale en partenariat avec l’ITHQ. C’est d’autant plus vrai que l’industrie de la restauration de la région est bien enthousiaste à la venue de ces diplômés. Reste que nous aurons une année supplémentaire pour bien informer la relève des avantages à étudier la gestion d’un restaurant. Je suis certaine que, l’an prochain, les étudiantes et les étudiants potentiels seront enthousiastes à embarquer dans l’aventure d’un programme dispensé en partie à La Malbaie, en partie par des cours en formation à distance, en groupe avec des étudiants d’autres cégeps de la province, et en plus de passer deux sessions dans les locaux hautement spécialisés de l’ITHQ à Montréal. » http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id54206 Via Ferraski, la nouvelle aventure des Palissades de Charlevoix http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id54068 Crédit article parMichelle Pinsonneault mis en ligne le 5 mars 2019 via Espaces:Il est possible que la via ferraski ne vous dise rien.L’instigateur de cette nouvelle activité en montagne, l’alpiniste François-GuyThivierge, vous dirait que c’estnormal puisqu’elle est unique au Québec.Le défi? Du ski hors-piste, de la via ferrata et unedescente en rappel.Bref, une sacrée dose d'adrénaline et d'émotions fortes.Crédit photo François-Guy Thivierge-Tu vois le belvédère tout en haut? C’est exactement làoù l’on va. Prête?Crédit photo Michelle PinsonneaultPrête, je n’aurais pu dire si je l’étais vraiment. Parcontre, juste à penser qu’il me faudrait randonner en ski-raquettes jusqu’ausommet et, de là, traverser une vallée sur un pont suspendu, jeressentaisde grands frissons et j’aimais la sensation. En prime, nous nepouvions demander mieux comme conditions :température clémente, faible vent,gros soleil et de la poudreuse à profusion!En préparant l’équipement, le guide me rassure enexpliquant en détails ce à quoi nous allons nous attaquer. Le parcours de viaferraski se décline en quatre grandes étapes. Le vrai premier défi:l’ascension du sentier de l’Aigle en skis Hok. Une montée en peauxd’ascension de 2,5 kilomètres assez soutenue, mais qui demeure accessible. Ellepeut sembler courte, maisla progression constantesollicite un boncardio et une certaine agilité avec les skis lors depassages abrupts etplus athlétiques.Dans le sentier, le rythme de montée s’installe etrapidement, j'adoptela dynamique «de bons coups de pasglisséspour une pause bien méritée! ».Le tracé est ponctué dechutes givrées, de buttes floconneuses et enchaîne les points de vue donnantsur le fleuve Saint-Laurent, la rivière Noire ou encorela montagne desAméricains.Crédit photo François-Guy ThiviergeNous mettons prèsde deux heures pour atteindre lesommet et son belvédère. Après avoir longé la crête, nous nous attaquons à ladeuxième étape de la journée :la via ferrata. Une fois les skissolidement attachés au sac à dos, nousenfilonsharnais etmousquetons.Rapidement, je découvreune autre facette de lamontagne. Après la force physiqueet le cardio, la via ferrata demandemaintenant agilité, méthodeet un brin de courage. Je m'attache à la lignede vie avec les deux mousquetons et prudemment, je progresseà flanc demontagne. Bien que le circuit soit relativementsimple, la neige sur laparoi et le contrepoids de l'arsenal augmentent le niveau de difficulté.Une fois arrivéeau pont suspendu, mon cœurs’emballe. Je suislittéralement suspendueà 200 mètres dans lesairs! Malgré lafrousse, j'avancepas à pas sur les planchettes debois de la passerelle. Le ventbrouille les ardeurs, la neigepiqueles joues et la splendeur de l’horizon est saisissante. Il n’y a pas de plusbellevue!La traversée est à peine terminée qu'il faut faire faceàla paroi. Lors de ce troisième volet, nous devrons la descendre enrappel sur 70 mètres de dénivelé.L’état d’ivresse monte d’un cran! Leguide enseigne les techniques tout en sécurisant l’équipement. Assis dans leharnais, je retiensmon souffleet bascule dans le videpourquitter la plateforme. C’est le grand saut! Face à la montagne, les piedssautillent sur le roc pour garder la stabilité tandis que la corde filedoucement entre les mains.Je reprendsmes esprits au pied de la paroi après cepic intense d’adrénaline. Il ne nous reste plus qu’à nous défouler dans laglissade naturelle pour rejoindre le chalet et terminer le parcours. Sanscrazy carpet, je glissesurles fesses, monsac entre les jambes, les pieds droits devant enguisede freins et les mains comme gouvernail. Un abandon complet àglisser et à faire virevolter la neige. Impossible d’arrêter de sourirecartout ce que nous fait vivre la via ferraski est complètement planant!Vous avez aimé cet article? Venez découvrir le Parc des Palissades :) http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id54068 L'entreprise Les Belles Récoltes de Charlevoix fait sa niche http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53852 L’entreprise agroalimentaire «Les Belles Récoltesde Charlevoix» fait sa niche dans la région depuis 2016 grâce à unevariété de céréales diversifiées.(Crédit article par Louis-Maxime Renaud, FM Charlevoix)Les deux précurseurs du projet sont Stéphane Dufour etBrigitte Lavoie. Le couple est propriétaire de 90 hectares de terres situées àLa Malbaie.Les entrepreneurs cultivent, entres autres, du lin, dusarrasin, de l’avoine, et de l’orge.Stéphane Dufour considère la région de Charlevoix commeun territoire idéal pour développer des produits différenciés.Les Belles Récoltes de Charlevoix compte aussi parmi ses«produits vedettes» une graine exploitée par l’humain depuis plusde 5000 ans: le quinoa.Stéphane Dufour a expliqué, en entrevue au FM Charlevoix,que les variétés de cette céréale sont brevetées au Canada.Il a ajouté que son entreprise a donc dû débuter en usantd’ingéniosité à petite échelle, pour ensuite être en mesure d’offrir un produitlocal, et biologique.Le duo d’agriculteurs, qui souhaite développerla graine de chia sous peu, vend pour l’instant ses céréales directement«de la ferme», ainsi qu’à la BoulangeriePains d'exclamation àLa Malbaie. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53852 Le donataire des Bourses Charlevoix sort de l’ombre http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53483 Pendant 20 ans, Serge Gagnon a versé 5000$ par an defaçon anonyme à la Fondation de l’Université Laval. À une condition : ces donsdevaient cependant être remis sous forme de bourse à des étudiants deCharlevoix afin de les supporter durant leur parcours académique.(Photo courtoisie : M. Gagnon. Crédit article Émelie Bernier, Le Charlevoisien)«Je ne suis pas riche. Mes parents étant de modestecondition, je n’ai pas reçu d’argent de famille. Cependant, des échanges avecla Fondation de l’Université Laval m’ont convaincu de donner 5 000$annuellement aussi longtemps que je pourrais le faire. Comme j’ai desobligations en tant qu’époux et parent, je suis parvenu à concilier les donshors famille et la solidarité naturelle qui unit les proches. Ce fut unexercice de haut vol », explique l’homme qui a exercé la profession d’historiendans l’enseignement et la recherche.Le choix de diriger son aide vers les jeunes issus deCharlevoix n’est pas fortuit. M. Gagnon y a résidé jusqu’en 1956 avant dequitter la région et s’accomplir professionnellement via des études doctoralesà l’Université Laval et des postes à l’Université d’Ottawa d’abord puis à cellede Trois-Rivières jusqu’à sa retraite il y a quelques années.Étudiant, il a lui-même bénéficié de l’aide financière de donateurs, notammentdes bourses d’excellence décernées par le gouvernement du Québec et le Prêtd’honneur de La Malbaie, un organisme fondé au tout début des années soixanteet financé par les bénéfices de la vente de la bière.«On m’a beaucoup aidé et je me sentais redevable. Commeje suis toujours demeuré catholique, j’ai choisi suivre la tradition religieusedu don anonyme par rapport à la philanthropie qui encourage à faire étalage desa générosité pour encourager les autres à en faire autant », explique M.Gagnon.Chacun des bénéficiaires de ses dons lui a écrit une lettrede remerciement, sans savoir pourtant à qui il l’adressait. M. Gagnon lesconserve précieusement.On a remis à M. Gagnon la médaille du Grand Chevalier duCercle de la Rectrice, privilège remis aux donateurs de 100 000$. «Avec lesretours d’impôt, on parle d’un peu moins de 60 000$ », corrige-t-il humblement.Son désir le plus cher était d’alléger le fardeau des jeunes étudiants quidevaient s’exiler en ville pour la poursuite de leur formation. «Il n’y a riende pire que d’être éreinté par des dettes d’études au moment où se manifeste ledésir de fonder une famille», conclut-il.Serge Gagnon est aussi un auteur prolifique. Outre unecentaine d’articles publiés au fil des ans, il a signé une quinzaine d’ouvragesdont son autobiographie Destin clandestin (Presses de l’Université Laval, 2016) http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53483 Deux entreprises de Clermont obtiennent une aide de 465 00$ du Fédéral http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53420 Le ministre l’Infrastructure et des Collectivités aannoncé un prêt de 190 000$ à Canadian Carbon Group pour aider la filiale deFibrotek de Clermont à réaliser son plein potentiel.(Sur la photo: Luc Tremblay et le ministreFrançois-Philippe Champagne. Crédit article Dave Kidd FM Charlevoix)Le financement permettra d'acquérir des équipementsspécialisés, des améliorations locatives et créer un site internettransactionnel.Luc Tremblay a indiqué que son projet de 600000$créera des emplois additionnels. La moitié des fonds ira aux équipements dontune machine pour tisser la fibre de carbone.Le ministre François-Philippe Champagne est ressortiemballé de sa visite chez Fibrotek. Le ministre a aussi rappelé que Menaud microbrasserie-distillerieavait obtenu une contribution remboursable de 275000 $ pour débuter sesactivités. Pour cette entreprise, il voit aussi beaucoup de potentiel sur lesmarchés internationaux.Deux actionnaires de Menaud ont participé au point depresse de ce matinLe ministre de l’Infrastructure et des Collectivités aindiqué que les 465 000$ investis par le fédéral vont générer des retombées deplus de 1,4 M$. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53420 Tourisme Charlevoix réitère son appui au projet du Havre http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53419 Tourisme Charlevoix soutient être «trèsfavorable» au projet du Havre, à La Malbaie. Au sortir d’une rencontre avec la ministre fédérale duTourisme Mélanie Joly jeudi,qui a confirmé une aide de 1M$d’Ottawa,le directeur général de l’Association touristique régionale(ATR), Jacques Lévesque, a réitéré un appui très clair au projet en entrevue auFM Charlevoix.(Sur la photo: Artisans de l'industrie touristiqueet élus ont discuté avec la ministre Mélanie Joly ce matin, chez Painsd'Exclamation!, à La Malbaie.. Crédit article Émilie Desgagnés, FM Charlevoix).Jacques Lévesque a fait valoir que le Havre permettrait àLa Malbaie de détenir une exclusivité provinciale au niveau des transports. Lemaire de La Malbaie est «très optimiste». Michel Couturier admetque les communications autour du projet évalué à 6M$ devront être améliorées,spécifiquement pour l’aspect de l’acceptabilité sociale, mais il est confiant.Il a annoncé qu’un partenaire privé allait se manifester dans les prochainsjours. Pour le maire de La Malbaie, le Havre demeure un projet signature. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53419 Formule bonifiée pour Charlevoix au Boulout http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53418 «Charlevoix au boulot» se tiendra le vendredi22 mars à la Salle des loisirs de Saint-Hilarion, de 13h00 à 20h00.(Photo courtoisie: Daniel Robichaud. Crédit articlepar Louis-Maxime Renaud, FM Charlevoix)La foire de l’emploi est bonifiée pour sa 21ième éditionavec 10 jours de pré-salon permettant de se préparer à l’événement principal,explique le chargé de projet Daniel Robichaud.Au menu: des simulations d’entrevues avec desentreprises de la région, une formation sur les techniques de recherched’emplois, ainsi que des trucs pour bien se préparer lors d’une rencontre avecun employeur.Les pré-salons auront lieu du 25 février au 21 mars dansles points de service de G.S.E.P.T Conseil et des Services de main-d’œuvrel’Appui.Afin d’attirer un plus grand nombre de visiteurs, lecomité organisateur a fait de la prospection de futurs travailleurs auSaguenay-Lac-Saint-Jean, Québec et Montréal.Daniel Robichaud a rappelé que dans un contexte pénuriede main-d’œuvre l’an dernier, le rendez-vous avait enregistré une hausse de 150participants. 450 personnes avaient visité le salon. Depuis sa fondation, le salon de l’emploi de Charlevoix aaffiché plus de 12500 postes. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53418 Pénurie de main-d'œuvre : n'oublions pas les jeunes du Québec! http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53370 NOUVELLES FOURNIES PARRéseau des Carrefours jeunesse-emploi du QuébecJanv 23, 2019, 14:55 ETBROSSARD, QC, le 23 janv. 2019 /CNW Telbec/ -Le Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec (RCJEQ) et ses membres ont pris connaissance des éléments entourant la Grande corvée dévoilée jeudi dernier par monsieurJean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidaritié sociale.Réunis en rencontre, les membres du RCJEQ souhaitent réaffirmer leur volonté de soutenir tous les jeunes dans l'atteinte de leur plein potentiel. Les changements démographiques ainsi que la vigueur du marché du travail au Québec nécessitent la mobilisation de toutes les forces vives de tous les milieux du Québec. Il convient de rappeler que d'ici 2023, les jeunes combleront plus de 54% des besoins en main-d'œuvre. Ils sont la force vive du Québec.Pour atteindre cet ambitieux objectif, il est nécessaire de travailler, notamment avec les carrefours jeunesse-emploi (CJE), afin de lutter significativement contre le taux de chômage chez les jeunes. En décembre 2018, celui-ci s'élevait encore à 10,6% soit 5,1 points de plus que celui de la population active. Cet écart, récurrent et en régulière augmentation, est très préoccupant pour notre jeunesse. Le gouvernement du Québec ne doit pas passer à côté de cette opportunité incroyable que représente l'accroissement de la place des jeunes dans la société.Les CJE seraient dès maintenant aptes à soutenir les jeunes dans leur insertion durable en emploi et à accompagner les entreprises dans leurs démarches de recherche et d'intégration durable de la main-d'oeuvre. Cependant, les contraintes purement administratives liées au mode actuel de financement ne permettent pas aux CJE de s'adapter rapidement à cette réalité.''Les CJE, ce sont plus de 100 organisations présentes sur tout le territoire québécois et près de 1500 intervenants jeunesse disponibles qui pourraient mettre l'épaule à la roue pour assurer la pleine participation de tous les jeunes au marché du travail du Québec.'', souligne monsieurSerge Duclos, président du RCJEQ.Le RCJEQ a déposé son mémoire dans le cadre des consultations prébudgétaires du. Gouvernement du Québec. Celui-ci reprend de façon détaillée et documentée les grandes positions que le RCJEQ et ses membres ont mises de l'avant auprès des chefs des partis politiques lors de la dernière campagne électorale provinciale. Dans ce mémoire, le RCJEQ formule la volonté de coconstruire une nouvelle formule de financement pour les CJE afin de corriger les iniquités et de retrouver leur agilité et leur flexibilité d'intervention auprès des jeunes et des collectivités. Le Québec n'a pas les moyens d'exclure quiconque du marché du travail.À propos des carrefours jeunesse-emploi (CJE)Les CJE sont des organismes communautaires ayant pour mandat d'accompagner et de guider les jeunes adultes de 16 à 35 ans dans leurs démarches d'autonomie personnelle et sociale, en les aidant dans leur persévérance scolaire, dans leur cheminement vers l'emploi ou dans le développement de projets d'entrepreneuriat, de volontariat et de bénévolat. Les services et activités des CJE visent l'amélioration des conditions de vie générales des jeunes.À propos du Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec (RCJEQ)Le RCJEQ regroupe, soutient et représente les carrefours jeunesse-emploi afin de développer, promouvoir et défendre, avec ses membres, des orientations adaptées aux besoins issus des communautés locales, en vue de favoriser l'autonomie personnelle, sociale, économique et professionnelle des jeunes adultes de 16 à 35 ans. Le Secrétariat à la jeunesse, en collaboration avec le RCJEQ, assure la coordination, le déploiement et l'amélioration continue duCréneau carrefour jeunessedans l'ensemble des CJE. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53370 Un guichet unique pour accueillir les nouveaux arrivants dans Charlevoix http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53253 L’accueil des nouveaux arrivants dans Charlevoix estdésormais simplifié depuis mercredi par un guichet unique, le SANA (Serviced’Accueil aux Nouveaux Arrivants).(Sur la photo: Sylvain Tremblay, Claudette Simard,Martin Larouche, Jean-Victor Rossetti, Patrick Reduron et Anne-Julie Gagnon.Crédit article Louis-Maxime Renaud, FM Charlevoix)Avant la création du SANA, les nouveaux arrivantsdevaient s’adresser à plusieurs organismes. Les Services de main-d’œuvrel’Appui, à Baie-Saint-Paul, chapeaute la nouvelle organisation. Son directeur, Martin Larouche, croit que le regroupementdes services permet d’éviter le «travail en cloison». La nouvelle structure offre, entres autres, des servicesd’aide à l’emploi, des activités d’intégration, ainsi que du soutien àl’installation.Puisque le programme était en rodage depuis le moisd’avril, un nouvel arrivant dans Charlevoix, Jean-Sébastien Mailloux, a puutiliser les services du SANA avant l’heure. Il explique que les agents demigration lui ont trouvé un travail et un logement.Le SANA couvre le territoire de Baie-Sainte-Catherine à Petite-Rivière-Saint-François.Les organisations regroupéessont: Les MRC de la région, Place auxjeunes Charlevoix, le Ministère de l’Immigration, ainsi que la Table enimmigration de Charlevoix, qui chapeaute elle-même plusieurs organismes.Le projet est financé par le Ministère de l’Immigrationet par les deux MRC de Charlevoix et MRC de Charlevoix-Est. Ces dernières ont versé séparément 5000$pour la mise sur pied du SANA. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53253 Achalandage en hausse aux Sources Joyeuses http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53187 L’achalandage a augmenté de 12% au Centre de plein air les Sources Joyeuses durant la période des Fêtes.(Photo Facebook des Sources Joyeuses. Crédit article parLouis-Maxime Renaud, FM Charlevoix)La directrice générale du centre de plein air de LaMalbaie, Carole Asselin, explique ce chiffre par la hausse du tourisme.Elle a précisé que le nombre de clients a bondi pendantla semaine qui a suivi le 1er janvier et ce, surtout pour le ski de fond.Même si le centre de plein air a été fermé deux jourspendant les vacances scolaires en raison de la pluie, Carole Asselin affirmeque cet épisode n’a pas «vraiment» influencé le nombre globald’entrées enregistrées.La directrice générale atteste que la haussel’achalandage se poursuit encore cette semaine en raison «des gens quiprennent leurs vacances juste après les Fêtes». http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id53187