PAJ - Actualités- Le Val-Saint-François http://www.placeauxjeunes.qc.ca/mrc-420-actualites Actualités - Le Val-Saint-François fr 2018-07-20T10:24:50+01:00 L'équipe de place aux jeunes Actualités Une programmation audacieuse pour l’équipe du centre de l’Ardoise http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50492 Suite au lancement à la mi-juin de sa nouvelle programmation pour 2018 réunissant les élus municipaux de la MRC, les députés et les organismes liés à la culture et du tourisme, la saison estivale bas son plein au Centre d’interprétation de l’ardoise (CIA). À la fois les touristes et gens de la région pourront découvrir ou revoir l’héritage de l’ardoise et des nouveautés élargies.«Depuis 27 ans maintenant, le CIA fait la promotion de l’histoire de la production ardoisière et du magnifique patrimoine ardoisier que l’on retrouve au Pays de l’ardoise. Celui-ci regroupe Richmond, les cantons de Cleveland et Melbourne, Ulverton et Kingsbury. Ensemble, ces municipalités sont détentrices d’un patrimoine unique à l’échelle du Québec et du Canada. La visite guidée du musée permet au visiteur de tout savoir sur l’ardoise, ou presque! Au-delà de cette visite, beaucoup d’autres activités sont proposées aux visiteurs», mentionne la directrice générale, Lorraine Denis.Lectures-théâtres de l’ardoisierEn 2017, trois lectures-théâtres avaient été offertes au public. Il avait particulièrement apprécié cette formule de théâtre qui, sans l’artifice des costumes, des décors et des éclairages, permet une grande proximité avec les comédiens et favorise ainsi une exceptionnelle communication.Cet été, avec des comédiens professionnels, le CIA offre quatre lectures-théâtres mises en lecture de nouveau par Matieu Gaumond. La diversité des textes étonnera:• Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée d’Alfred de Musset. Avec Joanne Simard et Félix Delage-Laurin. Le comte se rend chez la marquise un après-midi d’hiver… Le 7 juillet, 15h30, formule cocktail dînatoire bénéfice (sur réservation);• Petits crimes conjugaux d’Eric-Emmanuel Schmitt. Avec Nicole-Marie Rhéault et Joël Fillion. Petite pièce policière. Gilles, amnésique, retourne chez sa femme… Un suspense étonnant sur le couple. Le 4 août, à 19h30.• Monsieur Lovestar et son voisin de palier d’Edouardo Manet. Avec Alexis Gaumond et Joël Fillion. Monsieur Lovestar termine un enregistrement lorsque surgit Ramon Frederico Salcedo, son voisin de palier. Le samedi 25 août, à 19h30.• La révolte d’Augustin de Villiers de l’Isle-Adam. Avec Ariel Charest et Jack Robitaille. Elisabeth choisit de tourner le dos à son foyer pour se libérer d’une société qui l’étouffe. Cette pièce s’inscrit dans la thématique Incontournables femmes. Le 19 octobre, à 19h30.Rappelons que cet été, le Centre sera encore le seul lieu de la MRC du Val-Saint-François à diffuser du théâtre professionnel.Parcourir le Pays de l’ardoiseDeux circuits en minibus seront offerts aux visiteurs. Un premier sillonnera Richmond et Cleveland pour la découverte d’un patrimoine bâti remarquable. Un second ira en direction de Melbourne et Kingsbury où les paysages champêtres et le patrimoine ardoisier sont impressionnants.On pourra aussi glisser en kayak sur le Saint-François pour mieux admirer les superbes paysages qui se déploient sur ses rives, entre Richmond, Canton de Melbourne et Ulverton. Ce circuit est offert en collaboration avec Canot-kayak Richmond.Source : L'Étincelle http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50492 Domtar mise sur les biocarburants http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50489 L’usine Domtar de Windsor investit dans l’avenir.Un projet en recherche et développement de 4,9 millions $, annoncé vendredi, permettra de maximiser la production de biocarburants.« En un mot, le projet consiste à créer le futur. La vision que j’aimerais donner à long terme consiste à ce que mes petits-enfants puissent jouer avec des blocs Légo faits à base de bois au lieu d’être faits à base de pétrole. Si ça vient de Windsor, ce serait encore mieux », anticipe le directeur général de l’usine Domtar à Windsor, Éric Ashby.Concrètement le projet de recherche s’échelonnera sur deux ans. Il permettra d’explorer de nouvelles technologies de séchage de la biomasse et de produire des biocarburants et des bioproduits à base de fibre de bois.« Nous cherchons des avenues concrètes que nous pourrions appliquer à Windsor en matière de biocarburant. Les centres de recherche vont regarder toutes les avenues pour nous dire lesquelles sont les plus viables. Nous allons par la suite prendre les concepts et les réaliser concrètement à Windsor ou sur nos autres sites. Nous faisons un pas de plus pour transformer Domtar pour améliorer notre empreinte énergétique et innover pour la création d’une bioraffinerie. Nous sommes une usine intégrée qui part de l’arbre jusqu’au produit final », indique M. Ashby.À partir du bois, Domtar compte produire des biocarburants comme l’éthanol afin de remplacer l’énergie fossile comme le pétrole.« Nous voulons transformer le bois en toutes sortes de valeurs ajoutées. Oui, nous faisons traditionnellement des pâtes et papiers. Mais nous produisons aussi de l’électricité. Nous voyons un arbre et nous cherchons à aller chercher le maximum de la valeur de façon renouvelable. Le concept de bioraffinerie est de maximiser l’arbre et le transformer pour faire une gamme de produits comme des bioplastiques, de la pâte, du papier, de l’électricité, des biocarburants ou la nanocellulose », indique Éric Ashby.Subvention fédéraleLa ministre du Développement international et de la Francophonie du Canada Marie-Claude Bibeau a annoncé l’octroi d’une subvention de 1,89 million $ à ce projet.« Nous joignons ici l’économie et l’environnement. Cet investissement vise à optimiser tous les résidus de l’usine de Windsor. La vision de l’usine demeure de valoriser la totalité des résidus. D’investir dans la recherche et le développement à travers des universités canadiennes présente un beau projet. Comment on peut faire pour remplacer le pétrole par le bois en optimisant l’utilisation des résidus de bois », signale la ministre Bibeau.La députée de Compton–Stanstead représentait, vendredi, son collègue Jim Carr, ministre des Ressources naturelles du Canada.« C’est un investissement majeur pour Domtar et pour Windsor, mais aussi pour l’avenir sobre en carbone du Canada. La vision de notre gouvernement est inscrite dans un siècle de croissance propre. Les changements technologiques propres sont impératifs. C’est un investissement important qui élargira dans une nouvelle matière produite visant à réduire la dépendance aux combustibles fossiles », indique Mme Bibeau.« Nous allons analyser plusieurs options et grâce à cette subvention, nous pourrons aller plus loin. Il s’agit d’une nouvelle emballante pour Domtar et ses partenaires. Les résultats de la recherche orienteront les prochaines étapes dans la conception à grande échelle des composantes d’une bioraffinerie pour créer des bioproduits et des biocarburants. (...) Beaucoup de recherche est faite en matière de bioraffinerie. Nous voulons devenir le leader dans cette matière. Domtar n’est pas la seule, mais nous voulons être les leaders. Ce type de projet de recherche permet d’aller en avant », ajoute M. Ashby.ValorisationL’usine de Windsor valorise présentement 95,4 pour cent des résidus produits.« L’objectif à long terme serait de tout valoriser. Il faut regarder toutes les avenues de façon globale pour réduire notre impact environnemental », mentionne le directeur général de l’usine Domtar de Windsor.À long terme, le projet pourrait créer des emplois à Windsor.« Pour le moment, ce sont les chercheurs qui vont travailler au projet. Lorsque des options seront commercialisées, il y aura une création d’emploi. Ça s’inscrit dans la vision à long terme de Domtar. À Windsor, nous avons plus de 150 ans d’histoire. Il y en a qui disent que nous sommes des fossiles, moi je pense que nous sommes innovants », signale M. Ashby.La mairesse de Windsor Sylvie Bureau se réjouit de cet investissement qui pourrait avoir des impacts directs à Windsor.« Nous parlons ici d’avenir en consolidant des emplois dans notre communauté. Domtar est un fleuron pour Windsor et pour le Québec. Le lien entre Domtar et Windsor demeure très fort », signale la mairesse.Source : La Tribune http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50489 Profitez des nouveautés de l’été au Musée Bombardier http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50281 Toute l’équipe du Musée de l’ingéniosité J. Armand Bombardier est formée et prête à accueillir les visiteurs durant la saison estivale. Pour ceux et celles qui ont déjà visité le musée, d’autres nouveautés s’ajoutent pour 2018.Jeu familial sur tablette numériqueLe Musée propose maintenant aux familles un jeu sur tablette numérique interactif et amusant qui convient à tous les âges. Incluse dans le prix d’entrée, cette nouveauté permet aux visiteurs de partir à la recherche d’artefacts de toutes sortes (véhicules, objets, photos, archives) à travers l’exposition permanente La passion d’innover. Il suffit de demander une tablette à l’accueil.Visite de la réserveLe Musée offre des visites guidées de la réserve! D’une durée de 20 minutes, celles-ci ont lieu tous les vendredis, samedis, dimanches et lundis durant la saison estivale. Durant la visite les visiteurs ont accès aux coulisses du musée et côtoient des véhicules uniques, dont certains provenant des industries de Joseph Armand Bombardier. Les visites s’adressent aux visiteurs de 8 ans et plus et la capacité maximale d’un groupe est de 10 personnes. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50281 Les MRC de l’Estrie s’unissent pour le développement bioalimentaire http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50280 En avril 2018, les sept MRC de l’Estrie (qui incluent la Ville de Sherbrooke), le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) et la Fédération de l’UPA-Estrie ont conclu une entente sectorielle de développement.Cette entente permettra de soutenir la réalisation de cinq projets issus des Plans de développement de la zone agricole (PDZA) locaux qui ont un impact sur l’ensemble des MRC de la région. Dans l’optique de cette mise en commun à l’échelle estrienne, les projets retenus ont été choisis en fonction de trois critères: économie d’échelle, efficacité accrue et meilleurs résultats.De plus, il a été convenu d’évaluer la pertinence d’implanter une structure de concertation pour favoriser le développement du secteur bioalimentaire en région et, le cas échéant, de définir les modalités permettant la mise en place de cette structure.Pour réaliser cette entente, les signataires investiront 1228907$ sur une période de trois ans. Cet investissement permettra la réalisation de projets évalués à 2178793$ et créera un effet de levier permettant de doubler la mise. Les promoteurs (dont les MRC) contribueront également en mettant à profit leurs ressources humaines.«C’est près de 1M$ qui est investi par le gouvernement du Québec dans cette entente sectorielle de développement bioalimentaire voulue par les élus du milieu, acteurs de premier plan pour déterminer les priorités régionales. L’agriculture représente un des plus importants secteurs économiques de la circonscription de Richmond et même de l’Estrie».Développement et soutienLes projets financés par cette entente poursuivent plusieurs objectifs: le développement des compétences, notamment en gestion entrepreneuriale; le soutien à la relève pour les entreprises du secteur agricole; l’identification de filières offrant un potentiel de développement; l’élaboration d’une banque d’opportunité d’affaires; le soutien à la mise en marché des produits régionaux par l’affirmation de l’image de marque Créateurs de saveurs Cantons-de-l’Est. Cette image bénéficie de la participation des MRC de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi et de leurs contributions financières.«Le secteur bioalimentaire joue un rôle significatif dans le développement économique et social de notre région estrienne. Il s’agit d’un secteur important pour lequel nous avons décidé d’agir tous ensemble, concrètement et maintenant!», affirme à la fois Hugues Grimard, président de la Table des MRC de l’Estrie et préfet de la MRC des Sources, en présence son collègue Luc Cayer, vice-président de la table et préfet de la MRC du Val-Saint-François.Source : L'Étincelle http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50280 Le gaz naturel, le premier jour de l’été à Windsor http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50127 Réunis à l’hôtel de Ville de Windsor le 21 juin, les élus municipaux de Windsor et des régions du Val-Saint-François, les gens d’affaires ainsi que le conseil d’administration du Comité de développement économique de la Ville de Windsor étaient présents pour une annonce de taille, soit celle d’un montant de 2,6 millions $ à Énergie s.e.c. pour l’extension du réseau de distribution de gaz naturel dans le Parc d’affaires de la 55.Au nom du ministre Pierre Moreau et de son homologue Luc Fortin qui était sur place, c’est la députée du comté de Richmond, Karine Vallières, qui a dévoilé l’usage du gaz naturel au niveau des phases1 et 2 du Parc d’affaires de la 55, ce qui permet à une douzaine de clients potentiels d’avoir accès au gaz naturel et du même coup d’assurer une empreinte écologique.En fait, le gaz naturel est une source d’énergie fossile moins émettrice de gaz à effet de serre que les autres sources habituellement utilisées comme le propane, le mazout léger, le mazout lourd ou les huiles usées. Un meilleur accès au gaz naturel permettra aux entreprises d’investir pour améliorer leur efficacité énergétique tout en réduisant leur empreinte carbone.Pour la mairesse de Windsor, Sylvie Bureau, et ses collègues du conseil de ville, c’est un «très beau cadeau» qui coïncide au premier jour de l’été. C’est aussi l’occasion de souligner l’apport du directeur général de la Ville, Carlo Fleury qui, avec la mairesse, a coordonné les nombreuses étapes auprès du gouvernement, nécessitant des déplacements vers Québec. Quant au président du Parc d’affaires de la 55, Yvon Paquin, le nouveau réseau de distribution maintenant disponible profite des trois dernières années à travers des étapes nécessaires, et aussi de la persévérance de la Ville.Par ailleurs, le point de presse a été l’occasion de souligner l’apport de la députée Karine Vallières qui mettra bientôt fin à ses fonctions à l’approche des prochaines élections à l’automne prochain. MmeBureau et M.Fortin ont chacun retenu les six années durant lesquelles la députée a chapeauté nombre de dossiers liés au comté de Richmond et à ceux du gouvernement. D’ailleurs, MmeVallières livrait en date du 20 juin le bilan de ses réalisations via son site internet. Le jour suivant, cette fois à l’hôtel de Ville de Windsor, les personnes présentes l’ont chaudement applaudi à la fois pour l’énergie de six années et d’un dossier prêt à Énergir.Source : L'Étincelle http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50127 Un premier jeu en ligne pour le Musée de l’ingéniosité J. Armand Bombardier http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49630 Afin d’étendre le rayonnement de son exposition sur le biomimétisme, le Musée de l’ingéniosité J. Armand Bombardier lancera l’an prochain son premier jeu en ligne. Le gouvernement du Canada a donné un bon coup de main au projet, par le biais d’une subvention de 199 700 $.Le jeu « À toute allure pour la nature », qui devrait être disponible au printemps 2019, sera principalement destiné aux enfants de 9 à 12 ans.« Ce sera un outil pédagogique de grande qualité, qui permettra aux jeunes d’enrichir leurs connaissances sur le biomimétisme, en comprenant davantage comment l’être humain peut s’inspirer de la nature afin d’améliorer ses modes de transport. Ils devront, dans ce jeu, poursuivre le Docteur D. Tritus à travers le pays afin d’éradiquer son nuage de pollution », explique Carol Pauzé, directrice du musée.Le jeu sera conçu en partenariat avec la firme CRÉO, qui produit et diffuse des outils de vulgarisation scientifique multiplateformes et innovants.« On s’inspire de la technologie des jeux vidéo pour améliorer la manière d’apprendre. Les jeux éducatifs connaissent une belle hausse de popularité », soutient la présidence Caroline Julien.Le député de Shefford, Pierre Breton, était ravi de dévoiler la nature de la subvention accordée au musée, versée dans le cadre du Programme d’investissement pour des expositions virtuelles du musée virtuel du Canada.« Le Musée de l’ingéniosité continue d’être une grande fierté pour la grande région de Valcourt. C’est une équipe qui travaille avec vigueur et passion. Ce projet est novateur et rejoindra de nombreux jeunes à travers toute la francophonie », fait-il remarquer. Le maire de Valcourt, Rénald Chênevert, applaudit également le dynamisme du Musée de l’ingéniosité J. Armand Bombardier.« C’est un véritable joyau touristique qui ne cesse d’innover », a-t-il déclaré.Source : La Pensée de Bagot http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49630 Le Val-Saint-François en mode séduction pour attirer de jeunes entrepreneurs http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49571 Du 25 au 27 mai dernier, Place aux jeunes en région Val-Saint-François organisait son tout premier séjour exploratoire à thématique entrepreneuriale. Neuf jeunes entrepreneurs de Montréal, Québec, Laval, Saint-Eustache et Sherbrooke ont répondu à l’appel.Tous motivés à se lancer en affaires, les participants ont découvert le potentiel entrepreneurial du Val-Saint-François lors de leur visite de trois jours en sillonnant la région.Durant le séjour, ils ont pu s’inspirer de plusieurs entrepreneurs : Dominic Pearson de Bull’s Head, Stéphanie Delorme du Studio Yoga Libella, Gaston Michaud de La Brunante et du Marché Locavore, Danaé Tessier du Marchand Général Chez Duff, Joseph Armand Bombardier par la visite du Musée de l’Ingéniosité et Donald Dubuc, animateur, conteur et calleur.En plus des visites de plusieurs municipalités et d’un 5 à 7 réseautage avec quelques maires du Val-Saint-François, les participants ont aussi eu l’occasion de rencontrer plusieurs intervenants socioéconomiques du milieu lors d’une Foire des ressources en entrepreneuriat et financement.Riche en rencontres, ce séjour exploratoire a permis aux participants de voir comment concrétiser leur projet d’affaires dans le Val-Saint-François. Xavier, un des participants mentionnait : « On se sent encadré et écouté. C’est sécurisant de constater l’expérience du milieu et l’esprit entrepreneurial de la région. »M. Richard Khouzam, directeur par intérim de Développement Val-Saint-François, énonce : « Il nous faut stimuler intelligemment la culture entrepreneuriale en plaçant notre confiance en cette relève qui par son ingéniosité et son ardeur produira des changements dans nos paradigmes sociaux. »« C’est encourageant et motivant de constater un tel engouement pour la région de la part de ces jeunes entrepreneurs. Nous sommes prêts à les recevoir dès maintenant! », affirme M. Luc Cayer, préfet de la MRC du Val-Saint-François.Place aux jeunes en région Val-Saint-François, dont le partenaire promoteur est la MRC du Val-Saint-François, compte parmi ses partenaires financiers la Caisse Desjardins du Val Saint François, Services Québec, Mme Karine Vallières, députée de Richmond, M. Alain Rayes, député de Richmond-Arthabaska, le Secrétariat à la jeunesse et le Mouvement des caisses Desjardins.Les personnes possédant un diplôme postsecondaire et âgées de 18 à 35 ans, nouvellement arrivées dans la région ou demeurant à l’extérieur de celle-ci et intéressées à s’y installer, peuvent profiter dès maintenant des services de Place aux jeunes en région Val-Saint-François. Il suffit de communiquer avec l’agente de migration, Catherine Beaucage, au 819 845-3769 poste 228 ou à paj@val-saint-francois.com.*Sur la photo, on peut voir les participants au 5 à 7 du séjour exploratoire qui a eu lieu le 25 mai dernier. De gauche à droite, rangée du fond : M. Jeremy Proulx, attaché politique de Mme Karine Vallières, députée de Richmond, M. Herman Herbers, maire de Cleveland, M. Richard Khouzam, directeur par intérim de Développement Val-Saint-François, M. Gérard Messier, maire de Saint-François-Xavier-de-Brompton, M. Rolland Camiré, maire de Val-Joli, M. Luc Cayer, préfet de la MRC du Val-Saint-François et maire de Stoke, Catherine Beaucage, agente de migration Place aux jeunes en région Val-Saint-François, Roukayatou Idrissa Abdoulaye, agente de mobilisation et développement en immigration pour la MRC du Val-Saint-François, Simon Bilodeau, participant, Nicolas Monnin, participant, Jonathan Malbeuf, participant et Xavier Ouédraogo, participant.De gauche à droite, rangée du centre : Pasquinel Huneault, participant, Mélissa Racine-Le Breton, participante, Nicole Caron, adjointe administrative pour Développement Val-Saint-François, Mme Martha Hervieux, mairesse de Kingsbury, M. Louis Coutu, maire de Sainte-Anne-de-la-Rochelle, Mme Sylvie Bureau, mairesse de Windsor, Charm Lising, participante, Mme Yolaine Théroux, conseillère en finances personnelles, Marie Bernard, participante, Josée Bélanger, coordonnatrice de Valcourt 2030 et Brigitte Dugal, conseillère en finances personnelles.De gauche à droite, rangée devant : M. Jacques Gosselin, directeur général du Carrefour jeunesse-emploi du comté de Johnson, M. Jean-Luc Beauchemin, maire de Saint-Denis-de-Brompton et Mme Stéphanie Delorme, propriétaire de Yoga Libella.Absent de la photo : David Bustamante, participant. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49571 8 projets inspirants soutenus grâce au Fonds d'initiatives culturelles http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49400 La MRC du Val-Saint-François est heureuse d’octroyer 20 000 $ à huit projets dans le cadre du Fonds d’initiatives culturelles. « Un conte en plein air, un spectacle patrimonial, des ateliers culturels…on peut dire que la sélection 2018 du FIC est très variée. Nous sommes heureux de constater que ces projets représentent bien le dynamisme de notre milieu », affirme M. Luc Cayer, préfet de la MRC. Voici quelques détails sur les projets financés :1. Spectacle La machine à coudre le temps du Vent dans les Arts – 3 000 $Création d’un spectacle qui allie théâtre, musique, chansons, éclairage et projection de photos et de vidéos s’inspirant de différents éléments de l’histoire et du patrimoine de Lawrenceville.2. Les quatre saisons en vitrail du Comité culturel de Saint-Denis-de-Brompton – 3 000 $Réalisation de quatre vitraux qui seront exposés en permanence dans la salle du conseil municipal.3. Jardinons la culture de nos enfants du Centre communautaire René-Lévesque de Windsor – 1 250 $Offre d’ateliers culturels aux enfants de la région de Windsor et des environs, lors du camp de jour.4. Valérie Larivière Saint-François va raconter… de la Société d’histoire de Richmond – 3 000 $Présentation d’un spectacle-lecture à un public scolaire et adulte sur les fruits des recherches du personnage Valérie Larivière Saint-François sur la belle et, jadis, si utile rivière Saint-François.5. Week-end animé d’Halloween de la Société du Patrimoine de Racine-Brompton-Gore – 1 750 $Offre d’activités culturelles favorisant la participation des enfants, des adolescents et des aînés avec l’apport d’animateurs et d’intervenants culturels et communautaires de la région.6. S’illustrer dans le Val de la Corporation de développement communautaire du Val-Saint-François – 3 000 $Intégration d’autocollants jeunesse illustrés par un artiste de la région dans le planificateur familial du Comité d'éveil à la lecture et à l'écriture.7. Le secret des érables de la Poudrière de Windsor – 3 000 $Création d’un conte qui sera livré dans les sentiers de la Poudrière de Windsor par plusieursacteurs. L’activité se terminera par une dégustation de tire sur la neige.8. LGBTQ + EmpowARTment : lutte à l’homophobie et à l’intimidation de Conquistador – 2 000 $Ateliers offerts aux jeunes du Richmond Regional High School ainsi qu’au grand public. Chaque atelier présentera le parcours d’artistes LGBTQ +, leur histoire, leur oeuvre et leur impact sur leur entourage et leur époque.Le Fonds d’initiatives culturelles est disponible grâce au soutien financier du gouvernement du Québec et de la MRC du Val-Saint-François dans le cadre de l’Entente de développement culturel du Val-Saint-François. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49400 Lancement de La Tomcodoise du Moulin 7 au Marché Saint-François http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49244 Le soleil en tête pour une rare fois, les propriétaires du Marché Amis Saint-François ont accueilli à la fois sa clientèle et, pour l’occasion, les amateurs de bière qui ont pu apprécier la nouvelle cuvée du Moulin7, La Tomcodoise, confectionnée initialement pour l’épicerie située au cœur de la municipalité de Saint-François-Xavier-de-Brompton.Encouragé par ses parents, Johanne Anctil et Jacques L’Espérance du Marché Saint-François, Jasmin L’Espérance a tissé en décembre 2017 un lien avec la MicrobrasserieMoulin7 située à Asbestos. «J’ai proposé un projet aux trois brasseurs propriétaires, Karina Lalonde, Danik Pellerin et Yan Saint-Hilaire, qui était de permettre d’ajouter une nouvelle bière en format de 950ml spécialement livrée pour le huitième anniversaire du Marché Saint-François qui a été baptisée La Tomcodoise», mentionne Jasmin.Karina Lalonde précise que le brassin est né d’une ambrée avec des notes de caramel et d’amande. «Nous sommes heureux de cette initiative venant de notre fils. Pour notre part, nous avons durant ces huit années amélioré notre commerce auprès de notre clientèle avec l’ajout de plusieurs produits locaux et régionaux, particulièrement au niveau des bières de qualité dont plusieurs sont issues de microbrasseries reconnues aux quatre coins du Québec», retient MmeAnctil.C’est durant l’après-midi du samedi 5 mai, vers 14h, que les proprios du Marché Saint-François et du Moulin7 ont inauguré La Tomcodoise. Pour chaque cruchon en quantité limitée, un dollar est remis au profit des Loisirs de Saint-François-Xavier-de-Brompton. À la bière s’ajoutaient jusqu’à 17h des dégustations sur place, dont celles de Roxanne Labonté qui a offert sur le grill les produits des Gars de saucisse.Source : L'Étincelle http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id49244 Ville et citoyens : une consultation publique de projets, d’initiatives et de réalités http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id48996 Richmond (RC) – Une centaine de citoyens ainsi que des intervenants et élus municipaux occupaient l’espace de la salle du Centre Sainte-Famille dimanche dernier, en après-midi, dans le cadre prévu de la consultation populaire annoncée par la Ville de Richmond.Une semaine auparavant, alors que la grisaille et le froid persistaient, c’est probablement le double de participants qui auraient remisé de nouveau les râteaux et les semences de jardin. La centaine de personnes a cependant été en mesure de dégager les deux étapes de cette rencontre: la première était celle de soumettre des projets, des idées et des initiatives. La seconde était de prioriser ces trois items à travers sept volets.Suite à la première étape, la seconde était de retenir les priorités à travers les volets suivants: les loisirs; la famille et les jeunes; le développement économique; la culture et le tourisme; les infrastructures, la santé et la main-d’œuvre. Ces priorités n’ont pas nécessairement été l’objet d’un choix unique, mais plutôt d’identifier et de créer des attentes ce que les citoyens (jeunes, adultes et ainés) souhaitent obtenir et réaliser auprès de la Ville et des municipalités limitrophes. «Bien que cette consultation s’adresse aux Richmondais et Richmondaises, ce n’est pas une surprise de voir parmi nous des représentants des cantons de Cleveland et de Melbourne et de la municipalité de Kingsbury. Leur présence permettra de se faire une idée sur les volontés et les projets que vous mettrez de l’avant aujourd’hui. Ainsi, ils seront mieux en mesure de comprendre l’origine d’un projet auquel ils pourraient être interpelés à participer ou collaborer», a précisé le maire de Richmond, Bertrand Ménard.Un défi pour les citoyens et les élusLes volets énumérés pour chacune des tables en présence d’un élu, d’un directeur ou d’un intervenant ont d’une part ciblé rapidement les priorités, comme celle des loisirs avec l’installation d’une piscine intérieure, des glissades d’eau et de mieux organiser le parc nautique, point à la ligne. Au sujet des infrastructures, de bons logements pour les ainés demeurent une priorité, mais d’autres aspects s’additionnent à plusieurs niveaux avec les locaux pour les organismes, les anciens bâtiments à soutenir dans le centre-ville ainsi que le passage piétonnier pour les écoliers de la 7e avenue. Les chevauchements sont nombreux, mais démontrent le défi, à la fois pour la population et les élus.À ces deux volets s’ajoute aussi la santé (l’accessibilité aux soins, l’information communautaire, le développement social, etc.); la famille et la jeunesse (ville de plein air, transport rural et emplois pour les jeunes, rassemblements, etc.); population et main d’œuvre (nouveaux travailleurs, bonifier ce qui existe, achats de maison pour jeunes familles, etc.); développement économique (fibre optique, levier d’accueil, site internet de la Ville, appui de la MRC, maintien de la main d’œuvre, etc.); culture et tourisme (réseautage, répertoire, achat local, plan d’action, etc.).«Il nous faut reconnaitre nos points forts, nos forces; les développer davantage, les faire connaitre et surtout les faire reconnaître. Quant aux points faibles, il est aussi impératif que nous puissions les adoucir, les amoindrir, mais il y en aura toujours. Il n’y a pas de ville parfaite! Avant de vous laisser entreprendre vos discussions, laissez-moi vous donner quelques informations: le budget annuel de la Ville est de 5M$; la masse salariale de la vingtaine d’employés est de 1M$; le service de la Voirie accapare près de 1M$; le traitement de l’eau potable et des eux usées nécessites des investissements annuels de 1 M; chaque 0.01$ que nous ajoutons à la taxe foncière pour chaque 100$ d’évaluation génère 20000$ de revenu supplémentaire. Il faudra donc être conscient dans vos priorisations que nos ressources sont limitées, mais que nous pouvons ensemble améliorer les choses et faire de Richmond un milieu de vie des plus agréables et prospère où il fait bon vivre», de souligner M.Ménard.Donald Dubuc a coordonné l’activité. Une réunion sera annoncée suite à cet exercice.Source : L'Étincelle http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id48996 Plusieurs projets autour de Domtar http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id48995 Rappelons que le président et chef de la direction de Domtar Corporation, John D. Williams, confirmait la construction du bioparc à la suite de son discours prononcé la semaine dernière devant les membres du Cercle canadien de Montréal. Il ajoutait qu’il y avait quelque chose à développer autour des biomatériaux avec l’entreprise CelluForce située sur les terrains de l’usine de Windsor et dont fait partie Domtar.« Plusieurs projets sont en développement dont celui de transformer la fibre en plusieurs bioproduits. Déjà, des projets structurants sont et seront mis sur pied comme TG2 et l’aménagement de la cour à bois en 2019. Des projets qui concernent l’usine de pâte sont en développement. Je ne peux élaborer davantage sur le sujet puisque des discussions sont présentement en cours avec différentes compagnies », affirme Éric Ashby, directeur général de l’usine Domtar de Windsor, actuellement à l’extérieur du pays.La fibre de bois est, selon lui, le produit du futur et les investissements prévus à Windsor assurent la pérennité de l’usine. « On regarde plusieurs projets, mais nous n’annonçons rien officiellement pour le moment. Nous sommes actuellement à l’étape préliminaire. Toutefois, les plus récentes annonces prouvent que nous travaillons à la pérennité de l’usine de Windsor en la modernisant et en diversifiant les produits », ajoute le directeur.Du côté du Syndicat des pâtes et papier de Windsor, on espère que les futurs projets de Domtar augmenteront le nombre d’emplois. « Le projet de bioparc est à l’étude et on est satisfait que la compagnie désire axer ses actions vers le développement. Avec la concrétisation du bioparc, si de nouvelles usines se construisent autour, il serait intéressant de s’y greffer et ainsi créer de nouveaux emplois », espère Marc Frappier, président du syndicat.Parmi les projets à venir, notons la transformation de la lignine, un produit du bois qui servirait à fabriquer autre chose que du papier. « L’usine est en pleine progression avec de nouveaux projets, ce qui consolide les emplois et rassure les employés. L’usine de nanocellulose se remet en fonction. Cela ne créera pas de nouveaux emplois. Nous rappellerons seulement les gens ayant de l’expertise dans le domaine et qui travaillent actuellement dans l’usine », explique le président syndical en ajoutant que « les relations avec la direction sont bonnes et nous désirons que ça se poursuive ».Source : La Tribune http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id48995