PAJ - Actualités- Le Val-Saint-François http://www.placeauxjeunes.qc.ca/mrc-420-actualites Actualités - Le Val-Saint-François fr 2018-09-24T17:42:26+01:00 L'équipe de place aux jeunes Actualités La Fromagerie Nouvelle-France amène sa production à Racine http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51423 Une entente tripartite entre la Municipalité de Racine, la coopérative du Marché Locavore et la Fromagerie Nouvelle-France permet à l’entreprise fromagère de se donner pignon sur rue à Racine. Après avoir étudié différentes possibilités, la fromagère-propriétaire Marie-Chantal Houde se porte acquéreuse d’un terrain adjacent à la Maison du marché afin d’y ériger sa fromagerie.« Il ne reste que quelques étapes environnementales à franchir concernant l’état du sol sous le garage. La future bâtisse de 42 000 pieds carrés comportera deux étages et une partie du terrain servira de stationnement au Marché Locavore et à la Maison du marché », explique Marie-Chantal Houde.Autant l’harmonie du décor que celle entre voisins étaient une priorité dans le développement du projet de construction.« La Municipalité nous a proposé ce terrain qui s’avère être le meilleur scénario possible. Nous avons donné une servitude à la Ville pour le stationnement du Marché et la tenue d’activités diverses organisées par la Municipalité », précise l’entrepreneure, qui a retenu l’expertise d’un architecte pour s’assurer que le bâtiment s’harmonisera avec son environnement immédiat.« Un des buts est de créer un lieu harmonieux avec ce qui existe déjà », ajoute Marie-Chantal Houde, pour qui il est important d’établir sa fromagerie dans le secteur agroalimentaire de Racine, son village natal.Départ de WarwickLes fromages de la Fromagerie Nouvelle-France sont actuellement produits à Sainte-Élizabeth-de-Warwick, où les locaux sont partagés avec la Fromagerie du Presbytère. Les fromages sont ensuite vendus à Racine et dans différents points de vente. Les réserves de lait proviennent de plusieurs endroits, dont Racine par le biais de la bergerie familiale. En s’installant dans le village, l’équipe sera regroupée en un seul endroit, un des souhaits de longue date de la fromagère.« La synergie est importante et je tiens à ce que les employés se côtoient, travaillent ensemble. L’équipe est déjà tissée serrée et elle le sera davantage en accentuant la proximité », espère Marie-Chantal Houde.Avec la réalisation du projet de construction à Racine, deux autres emplois seront créés pendant la première année de fonctionnement. « Sept employés à temps plein travaillent avec moi présentement. Cinq d’entre eux demeurent près de Racine et les deux autres envisagent sérieusement de s’établir dans la région », assure Mme Houde.Participant à l’essor économique de la région, la Fromagerie Nouvelle-France ne cesse d’augmenter sa production d’année en année. « Présentement, nous transformons plus de 200 000 litres de lait de brebis, ce qui représente cette année une croissance d’environ 34 pour cent. À ce rythme, la nouvelle fromagerie permettra de suivre notre constante évolution vécue depuis le début et d’assurer assez d’espace pour la production des prochaines années », envisage la propriétaire.L’augmentation de la production de yogourt, le développement de yogourts aux fruits et la fabrication de fromage en grains avec du lait de vache font partie des projets de l’entreprise.« L’espace sera suffisant pour mener à bien tous ces projets et ceux qui viendront par la suite. »Elle souhaite que la construction de la fromagerie soit complétée en octobre 2019 pour ensuite célébrer les 10 ans de la fromagerie en 2020.Récemment, le fromage La Madeleine remportait le prix du meilleur fromage de lait de brebis du Canada au Canadian Cheese Award. « De plus, tous les fromages Nouvelle-France sont finalistes au prix CASEUS et certains ont remporté plusieurs prix », déclare fièrement Marie-Chantal Houde.Source : La Tribune http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51423 BRP inaugure une installation manufacturière modernisée à Valcourt http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51111 BRP a inauguré sa nouvelle installation manufacturière modernisée à Valcourt, la semaine dernière. L’installation de nouvel équipement ultramoderne pour la chaîne de montage des véhicules Can-Am Spyder et des motoneiges Ski-Doo augmentera l’efficacité de l’installation, la flexibilité pour l’innovation et l’ingénierie et optimisera l’infrastructure et la logistique de fabrication.Après l’ouverture d’un des plus gros studios de conception au Canada il y a environ 10 ans et la rénovation complète du centre de développement de produits il y a 2 ans, BRP a annoncé son intention d’investir 118 millions de dollars sur cinq ans dans ses activités manufacturières de Valcourt. Trois ans plus tard, ils ont déjà investi 80% du budget total pour la modernisation des installations; un élément clé pour assurer le rôle stratégique de Valcourt comme centre d’expertise pour la conception, la recherche, le développement et la fabrication pour l’ensemble des activités mondiales de BRP.« Valcourt a toujours été au cœur de l’innovation de BRP et la modernisation de l’usine était essentielle pour assurer son efficacité, explique José Boisjoli, président et chef de la direction. C’est la combinaison entre le soutien d’une petite ville et un savoir-faire de classe mondiale qui nous met dans une position unique : la modernisation de nos établissements grâce à un investissement majeur de ce type signifie à la fois que nous offrons des outils et de la technologie de pointe aux travailleurs d’ici et aussi que nous sommes plus efficaces, plus productifs et plus innovateurs que jamais. »La modernisation de l’installation faisait partie des objectifs stratégiques de l’entreprise, soit croissance, agilité et lean. Grâce à la flexibilité des installations et à la modularité des processus de conception, de fabrication et d’assemblage, la nouvelle usine permettra de développer de nouveaux concepts, du début à la fin, en conjonction avec les départements de design et d’ingénierie. L’usine permettra également de produire des motoneiges et des véhicules trois-roues sur la même ligne d’assemblage et de les produire plus rapidement tout en permettant une personnalisation.Non seulement les améliorations ont fait passer l’usine à l’ère de l’industrie 4.0, mais elles s’inscrivent aussi dans le cadre des pratiques de durabilité de pointe. Minimisant les impacts environnementaux, le projet de modernisation maximise la durabilité, l’efficacité et le bien-être des travailleurs en matière de confort et de santé et sécurité au travail.Source : La Pensée de Bagot http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51111 CAB de Richmond : un appel aux bénévoles prêts à soutenir la communauté http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51110 Depuis trente-huit ans, le Centre d’action bénévole de Richmond (CAB) met tout en œuvre pour promouvoir, stimuler et soutenir l’implication de bénévoles sur son territoire. Par leur engagement et leur sens élevé de responsabilités, les bénévoles y jouent des rôles indispensables autant comme acteurs que partenaires. Leurs valeurs, leurs idées et leurs actions mises en commun sont d’une richesse inestimable pour l’organisme.Le CAB de Richmond est un organisme à but non lucratif géré par un conseil d’administration composé de neuf citoyens, citoyennes engagées et dirigées par une équipe dynamique et dévouée composée de 4 employées. Les champs d’action visent le développement de l’action bénévole et communautaire; le soutien à la communauté; la gouvernance et la vie associative. Le territoire couvert par le CAB regroupe les cantons de Cleveland et Melbourne, Kingsbury, Richmond et Ulverton.Richmond«Le bénévolat est au centre de la mission du CAB de Richmond et le recrutement de bénévoles en constitue un volet essentiel, il serait difficile, voire même impossible, de répondre aux différents besoins de la communauté. Nous avons le souci d’offrir à nos bénévoles une formation adéquate et de leur apporter une écoute active, dans le respect de notre code d’éthique», mentionne Louise Bédard, coordonnatrice en maintien à domicile.Pour celles et ceux qui ont du temps libre, responsable, actif et impliqué dans leur communauté, la coordonnatrice expliquera les différents champs d’activités dans lesquels chacun pourra soumettre son nom pour devenir bénévole au sein de l’organisme le lieu d’une grande famille.Pour toutes personnes qui aimeraient bénéficier de certains services ou toutes autres qui aimeraient se joindre à l’équipe de bénévoles, communiquez avec le Centre d’action bénévole de Richmond (1010, rue Principale Nord porte A) au 819 826-6166, ou au site web, cabrichmond.com.Source : L'Étincelle http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51110 Caritas Estrie : 13 projets locaux à Richmond, Valcourt et Windsor http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51109 Caritas Estrie est présentement dans la région estrienne afin de distribuer les Fonds de lutte contre la pauvreté et l’injustice, la jeunesse et la famille auprès des organismes sociocommunautaires de son territoire. Pour le district23 Windsor-Richmond-Valcourt, 13 projets locaux ont reçu une aide financière d’un montant total de 16524$.En présence du président du conseil d’administration Bernard Guay, le coordonnateur de la campagne financière, Michel Boulanger, était avec ses collègues et les bénévoles rassemblés au sous-sol de l’église Sainte-Bibiane, le 21 août. Les groupes soutenus étaient, entre autres, les conseils des Chevaliers de Colomb de Richmond, Valcourt et Windsor; le Centre d’action bénévole de Richmond, l’école secondaire du Tournesol à Windsor et la Maison des jeunes de Valcourt.Voici un aperçu des projets des organismes:Richmond• 6 000$ de denrées, 4 cuisines pour Richmond, Saint-Claude, Stoke, Val-Joli et Windsor.• Catéchèse pour jeunes et adultes, confirmation et achat de bricolage.• Chevaliers de Colomb: paniers de Noël, dépannage pour les jeunes de l’école primaire du Plein-Cœur, vêtements.• Aides aux Tabliers en folie qui supportent 30000$ d’achats incluant la popote roulante pour les 50 ans et plus. Appui du Maxi, de la Bouchère du Village et autre commerce. Offre de service pour les gens d’Ulverton.Valcourt• Jardinage pour les familles.• Maison des jeunes pour les 12 à 17 ans: base volontaire, promotion santé, fruits et légumes une fois par semaine, saines habitudes de vie.• 90% pour paniers de Noël des Chevaliers de Colomb et 10% pour la banque alimentaire.Windsor• Paniers de Noël des Chevaliers de Colomb.• Achat des Filles d’Isabelle pour la vingtaine de tricoteuses qui offriront 1500 morceaux et pantoufles pour les Paniers de Noël et les garderies d’écoles.• Scouts de Windsor: activités, équipements, achats de cordes, tentes pour le plein air et camps plus élaborés.Pour 2018, près de 157 projets profitent d’une enveloppe totale de 184844$ de Caritas Estrie. Les recettes des bougies de la paix et le pain partagé qui a souffert de l’abandon de la Boulangerie Bertrand expliquent une légère baisse des dons.«Pour bien s’adapter aux besoins du milieu, le Fonds a été réparti en neuf enveloppes locales. Pour administrer, recevoir et sélectionner les demandes, le Fonds fait appel à des comités locaux composés de représentant(e) s de Caritas Estrie, de l’Archidiocèse de Sherbrooke et des Chevaliers de Colomb. Pour le district23, le comité était formé de Marie-Josée Heppell, Jean-Guy Mercier d’Ulverton et de Clément Beauchemin de Valcourt», mentionne Michel Boulanger.Le Fonds peut se renouveler chaque année puisqu’il est financé par les campagnes de Caritas Estrie: celles du pain partagé et celles de la bougie pour la paix. Le prochain appel aura lieu en mars 2019. Les formulaires de demande seront disponibles dès janvier 2019 sur le site www.caritas-estrie.org. Fait à retenir, Caritas tient à ce que les enveloppes soient utilisées dans des délais acceptables afin que d’autres bénévoles puissent profiter de l’organisme estrien.Source : l'Étincelle http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51109 Richard Khouzam est le nouveau directeur de Développement Val-Saint-François http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51017 La MRC du Val-Saint-François est heureuse d’annoncer la nomination de M. Richard Khouzam à titre de directeur de Développement Val-Saint-François. « Nous sommes choyés de pouvoir compter sur l’expertise de M. Khouzam au sein de notre organisation. C’est une figure bien connue du monde économique de la région », affirme M. Luc Cayer, préfet de la MRC.Khouzam est diplômé en administration et en développement commercial de l’Université du Minnesota. Il est passionné par le développement des entreprises, des PME et des commerces de services. Il cumule également plus de 35 ans d’expérience en développement stratégique, en réalisation de plan d’affaires et en redressement d’entreprises. Par ailleurs, plusieurs objectifs de développement économique seront mis de l’avant dans les prochaines années par M.Khouzam et son équipe :actualiser et promouvoir l’offre de service de Développement Val-Saint-François;donner du soutien stratégique pour le développement et la croissance des entreprises déjà en activité dans la MRC du Val-Saint-François;élaborer des stratégies d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre avec des partenaires;faire rayonner la qualité des emplois, la qualité de vie et les avantages socioéconomiques du Val-Saint-François;assurer une veille constante quant à l’évolution des marchés et des opportunités favorisant l’innovation, l’économie circulaire et l’industrie 4.0.Pour en savoir plus sur Développement Val-Saint-François ou pour faire appel à leurs services, composez le 819 845-7871. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51017 Recyc-Québec : résultats d’une première étude sur l’implantation de points de collecte du verre http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51016 Val-Saint-François – Recyc-Québec a dévoilé le 16 août dernier les résultats d’une étude qui présente les cas de cinq municipalités du Québec et d’ailleurs ayant déployé des dépôts volontaires pour la collecte du verre. L’étude, commandée par Recyc-Québec et pilotée par un comité constitué de la Société des alcools du Québec (SAQ), de Éco Entreprises Québec (ÉEQ), de la MRC du Val-Saint-Francois, du centre de tri Récup-Estrie et des maires de Racine, Stoke et Saint-Denis-de-Brompton permet d’évaluer certains coûts ainsi que le potentiel de récupération du verre par le biais de conteneurs mis à la disposition des citoyens pour le dépôt volontaire du verre.Le potentiel de tonnage récupéré, le coût optimal selon le nombre de points de dépôt, les coûts d’entretien, de transport, d’information et de sensibilisation du public et, enfin, les revenus et économies potentielles y sont présentés afin d’apporter un premier éclairage sur la faisabilité opérationnelle et économique de la mise en place d’un tel système de récupération du verre.Le recyclage du verre comporte certains enjeux, dont la capacité de produire du verre répondant aux attentes des conditionneurs et des recycleurs permettant ainsi d’être réutilisable. Pour faire face à cet enjeu, un ensemble de solutions ont été mises en œuvre au cours des dernières années (implantation de technologies dans les centres de tri, investissements dans la recherche et le développement pour des débouchés, etc.). L’étude vient donc s’ajouter à un ensemble de solutions pour améliorer le bilan du recyclage du verre au Québec.Faits saillants de l’étude• Les systèmes étudiés se font en supplément de la collecte des matières recyclables visées par la collecte sélective. Il y a donc des coûts additionnels pour la collecte de cette matière qui doivent être pris en compte pour bien évaluer la faisabilité économique du système.• Dans le scénario modélisé pour la MRC du Val-Saint-Francois, avec un taux de récupération de 40% du verre, le coût à la tonne pour l’ensemble du gisement de verre augmenterait d’environ 35%, ce qui aurait un impact sur le coût de la collecte sélective pour la MRC d’environ 5%.• Le gain lié à la mise en place de dépôts volontaires de verre est davantage environnemental qu’économique, car bien qu’il semble que le verre collecté serait davantage recyclé, la quantité collectée serait moins importante. C’est du moins l’hypothèse que l’on peut formuler suite à l’expérience de la municipalité de Saint-Denis-de-Brompton.• Les prochaines étapes d’analyse devront porter sur les impacts financiers pour les municipalités, dont l’augmentation des coûts sur le facteur de performance et les coûts de compensation. L’impact de la coexistence de deux systèmes de collecte doit aussi être évalué par rapport à la perception du citoyen et à sa participation à ce système. La question des émissions de gaz à effets de serre (GES) générés par les deux systèmes parallèles de collecte devra également être étudiée.«Avec cette étude, nous souhaitons arriver à un consensus quant au modèle de collecte le plus adapté à notre réalité locale. Ce travail objectif, réalisé en collaboration avec Recyc-Québec, nous donnera l’occasion de nous inspirer des meilleures pratiques. Nous pourrons également évaluer le potentiel ainsi que la viabilité d’une alternative à la récupération et au tri du verre», considère Luc Cayer, préfet de la MRC du Val-Saint-François.Source : L'Étincelle http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51016 Une classe en plein air à l’école de l’Odyssée http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50774 Accompagnés d’enseignants, de membres de leurs familles et de citoyens, ces élèves ont donné de leur temps - sur une base volontaire - à une journée de corvée afin de construire des aménagements nécessaires pour cette classe extérieure, dont le transport du paillis et la peinture de tables de pique-nique.« On veut ainsi démontrer qu’il y a autre chose que les tablettes et les téléphones cellulaires, des technologies qui isolent les jeunes de leur entourage et de leur environnement. Ce projet, qui porte le nom de classe du saule, permet de donner de la vie aux apprentissages, de favoriser l’intégration de saines habitudes de vie », explique l’enseignant Nicolas Busque, responsable du projet Carboneutre.Cette première à l’école de l’Odyssée, espère M. Busque, est le point de départ pour une exploration plus poussée du monde de notions telles la météo, les écosystèmes et les arbres.« Que ce soit par exemple en sciences, en mathématiques ou en français, les élèves qui participeront à la classe du saule bénéficieront d’un mode d’apprentissage très stimulant », mentionne-t-il.Le Projet Carboneutre, qui a pour objectif de compenser tous les gaz à effet de serre émis à l’école, continue de mobiliser de nombreux élèves d’année en année.« Tant mieux si on atteint notre objectif un jour, mais les activités organisées pour y arriver, dont le mur solaire, le Noël écolo et le jardin communautaire, sont elles-mêmes très enrichissantes. C’est ça l’important », conclut Nicolas Busque.Source : La Pensée de Bagot http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50774 Nouveau circuit touristique pour le Centre d'interprétation de l'ardoise http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50773 Développement Val-Saint-François (DVSF) est heureux de contribuer au tout nouveau circuit touristique guidé du Centre d’interprétation de l’ardoise (CIA). Un montant de 24 520 $ du Fonds de développement des entreprises de l’économie sociale a été attribué au projet. De plus, le promoteur a reçu des services professionnels de conseils et d’accompagnement.À saveur du Val-Saint-François, le nouveau circuit a pour but de développer, d’encourager et de soutenir les activités et les organisations touristiques et culturelles de la région de Richmond. Deux concepts sont offerts. Il y a d’abord des activités d’une journée complète pour les visiteurs en autocars à Richmond sous le thème Richmond unique ville du patrimoine ardoisier. Puis, il y a également des circuits en minibus et en kayak pour découvrir le Pays de l’ardoise. Afin de compléter le séjour, le CIA offre en continu les activités suivantes :la visite d’une église patrimoniale;une exposition permanente sur l’histoire et le patrimoine ardoisier avec accès à une partie de la collection;des expositions temporaires (2 par saison) et;un circuit audioguidé dans le quartier sud de Richmond.Les visiteurs intéressés peuvent trouver plus de renseignements au centreardoise.ca. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50773 Windsor se donne des couleurs http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50752 Le mur gris de la 2e Avenue Nord près de l’école primaire Saint-Philippe à Windsor s’est ensoleillé au cours du dernier mois. Servant de canevas à la graphiste et muraliste de Saint-Denis-de-Brompton Jessica Chabot, la structure de trois mètres de hauteur par plus de 100 de largeur est ornée de fleurs éclatantes dans un décor organique. Ce projet artistique fait suite à l’Espace Sarah-Eve-Fontaine inauguré en juin. D’autres projets du genre devraient voir le jour sous peu.« Lors du dernier lac à l’épaule, il a été décidé de réserver des sous pour la culture et mettre de l’art et de la couleur en ville », annonce le conseiller municipal Gaétan Graveline. Parmi les projets caressés par la municipalité, un espace vert devrait être aménagé près du Centre communautaire. « Cet endroit pourra servir de lieu de rencontre pour les aînés. Nous regardons ce qu’on peut faire aussi sur le mur juxtaposé à la glissade de l’ancien champ de golf », ajoute l’élu municipal.Des murets dédiés aux graffitis pourraient aussi voir le jour. « Deux seraient installés dans l’espace Sarah-Eve-Fontaine et deux autres, à quatre faces, au skateparc près du terrain de baseball. Nous envisageons également de réaliser une murale sur le mur de la 5e Avenue. Par contre, celui-ci devra être réparé avant qu’on entame quoi que ce soit », mentionne Gaétan Graveline.« C’est beau madame! »L’embellissement du mur de la 2e Avenue a plu à plusieurs citoyens. Tellement que pendant les quatre semaines de travaux qu’a nécessitées la réalisation de la murale, les gens n’ont pas été avares de commentaires positifs à l’égard de la muraliste du Val-Saint-François.« Des automobilistes s’arrêtaient pour me féliciter et certains passants ne se gênaient pas pour me poser des questions sur le processus de création pour la murale. Quand elle passait, une petite fille me disait souvent ‘‘C’est beau madame! ’’. Je sentais vraiment un intérêt vis-à-vis de ce que je réalisais comme changement dans le paysage de cette portion de rue », affirme Jessica Chabot.C’est en pleine canicule que l’artiste estrienne a réalisé son œuvre. « La Ville désirait quelque chose de naturel en incluant des végétaux. La murale est sous forme de tapisserie avec des motifs de fleurs et de feuilles qui se répètent incluant ce qui pourrait être interprété comme un cours d’eau. J’ai ensuite ajouté des libellules », explique la graphiste.« J’ai vraiment aimé réaliser cette murale. La dimension du canevas était facile à travailler puisque je n’avais pas à utiliser d’échafaudage, même si c’est la plus grande surface que j’ai eu à peindre jusqu’à maintenant ».Un banc fait maintenant face au mur multicolore. « L’œuvre sera éventuellement interactive. Un jeu de style Où est Charlie? sera accessible près du banc », mentionne Gaétan Graveline.Les créations de Jessica Chabot peuvent être vues, entre autres, près de Sporobole et sur un mur d’une piste cyclable sous la rue Portland à Sherbrooke ainsi que sur son site internet. L’inauguration officielle de la murale de la 2e Avenue à Windsor aura lieu à l’Espace Sarah-Eve-Fontaine.Source : La Tribune http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50752 PROJET DE PARC RÉCRÉOTOURISTIQUE AU MONT VALCOURT : Valcourt 2030 opte pour la concertation et la patience http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50751 Au printemps, le regroupement de citoyens « Les Amis du Mont Valcourt » a lancé une mobilisation afin de faire d’un secteur du Mont Valcourt un parc régional récréotouristique. L’organisme Valcourt 2030, qui a pour mission de créer une vision de développement économique, social et culturel pour le Grand Valcourt, croit qu’un projet de si grande envergure doit être bien planifié, avec des appuis solides.Une résolution du conseil d’administration recommande d’attendre avant d’acquérir des lots visés pour le développement du projet, ainsi que pour convoquer les conseils municipaux de la Ville de Valcourt et du Canton de Valcourt afin de discuter de ces possibles transactions.Valcourt 2030 identifie plusieurs étapes à franchir: la sollicitation de partenaires financiers pour l’achat des lots en vente (plus de 500 000 $), l’identification du porteur de projet, l’accord de la CPTAQ pour l’utilisation des terrains à des fins récréotouristiques), l’obtention des droits de passage pour accéder à ces lots, les coûts d’entretien pour le chemin d’accès, l’aménagement d’un stationnement sur le terrain de Domtar ainsi que l’accessibilité du projet par les résidents qui demeurent à proximité.« La principale préoccupation de notre conseil d’administration n’est pas l’argent. Pour convaincre les municipalités et les partenaires financiers potentiels, on doit d’abord définir le projet, en prouvant qu’il est réalisable, viable et bénéfique », résume Josée Bélanger, coordonnatrice de Valcourt 2030.Le conseil d’administration a décidé, en juin, d’aller de l’avant avec une étude de faisabilité.« Un comité de travail se penche actuellement sur la rédaction d’un devis, afin d’approcher en septembre des firmes de consultants afin de réaliser cette étude. On souhaite que cette expertise nous donne vraiment l’heure juste dans ce dossier », souligne Mme Bélanger.Cette dernière admet qu’avec les lots qui sont actuellement en vente, le temps est compté.« C’est un projet d’une grande envergure pour notre région et il faut être bien préparés avant de convaincre nos partenaires et nos élus d’accorder leur appui. On espère avoir en main un projet bien étoffé qui tient la route », conclut-elle.Rappelons que les instigateurs des « Amis du Mont Valcourt » souhaitent l’ajout d’activités tels le ski de fond, la raquette et les randonnées pédestres.Source : La Pensée de Bagot http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50751 Comté de Richmond : Trois projets d’infrastructures sportives et récréatives http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50748 Dans le but d’assurer la pérennité et la qualité des installations, et pour encourager la population locale et régionale à pratiquer des activités physiques de façon régulière, une aide financière pouvant atteindre plus de 160 000 $ est allouée pour réaliser trois projets d’infrastructures sportives et récréatives dans la circonscription de Richmond.La députée de Richmond et adjointe parlementaire du premier ministre (volet jeunesse), Karine Vallières, en a fait l’annonce le 26 juillet au nom du ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx.« Que ce soit à Cleveland, Saint-Adrien ou Valcourt, il s’agit tous de projets qui ont été priorisés par les citoyens lors des consultations orchestrées par les municipalités concernées. Ils répondent à un besoin réel et font partie d’une planification de maintien et de développement d’infrastructures de loisir. Il importe d’offrir aux familles et à toute la population des infrastructures modernes et sécuritaires qui leur donneront le goût de bouger. Notre gouvernement démontre sa volonté d’y parvenir grâce aux investissements majeurs qu’il réalise à travers la province », a précisé MmeVallières.Les trois projets sont les suivants :• Valcourt : Aménagement d’une piste de pumptrack. Il s’agit d’une piste asphaltée présentant une succession de bosses et de virages relevés pour amateurs de vélo de montagne, de BMX et de planche à roulettes. 67 400 $.• Canton de Cleveland : Rénovation du terrain de balle et lieu d’activités pour les citoyens et leurs enfants. 23 877 $• Saint-Adrien : Rénovation de la patinoire quatre-saisons, l’installation d’un nouveau système de drainage et d’une nouvelle dalle de béton. 70 042 $Source : L'Étincelle http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id50748