PAJ - Actualités- Matawinie http://www.placeauxjeunes.qc.ca/mrc-620-actualites Actualités - Matawinie fr 2018-10-16T17:19:52+01:00 L'équipe de place aux jeunes Actualités Inauguration d’une nouvelle halte cycliste http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51725 La Municipalité de Saint-Félix-de-Valois a inauguré la nouvelle halte cycliste Desjardins le 2 octobre dernier. La mairesse, Audrey Boisjoly, le directeur général, Mario Miller, le directeur adjoint aux Loisirs et à la Vie communautaire, Olivier Vachon ainsi que des représentants de la Caisse Desjardins du Sud de la Matawinie, soit la présidente du conseil d’administration, Édith Desroches, un ancien président du conseil d’administration, Robert Bellerose et la directrice générale, Guylaine Dubeau ont procédé à l’inauguration de ce nouveau lieu. « Le projet de halte cycliste et celui du prolongement de la piste cyclable cadrent bien dans notre désir de développer la qualité de vie des citoyens et citoyennes en leur offrant des infrastructures qui encouragent les déplacements actifs et l’activité physique » a mentionné Mme Boisjoly. « Nous voulons valoriser les atouts locaux, comme cette magnifique vue sur les environs, tout en améliorant l’offre de loisirs et de plein air. Ainsi, je crois que cette halte deviendra un espace prisé pour se reposer, pour pique-niquer ou encore pour faire des ajustements sur sa bicyclette, puisqu’il y a une station de réparation de vélo sur place » a-t-elle ajouté. Le prolongement de la piste cyclable a été rendu possible, en autres, grâce à la participation financière de la Caisse Desjardins du Sud de la Matawinie via son Fonds d’aide au développement du milieu. « Ce fonds existe justement pour permettre la réalisation de projet d’envergure, tel que celui de la piste cyclable. Les administrateurs du conseil d’administration se sont tout de suite montrés en faveur d’un tel projet puisqu’il apporte des retombées positives et surtout, qu’il vise l’amélioration du niveau et de la qualité de vie de la communauté », précise Édith Desroches, présidente du conseil d’administration. « Saint-Félix-de-Valois est en plein essor, tant au niveau des jeunes familles venant s’y établir qu’au niveau des commerces qui s’y implantent. C’est important d’agrémenter les installations pour répondre à leurs besoins de bouger et encourager de saines habitudes de vie », ajoute-t-elle. Souhaitant que les gens profitent de ce réseau cyclable maintenant et l’été prochain, Mme Desroches précise que la Caisse fera tirer une carte-cadeau de 1 000 $ pour l’achat d’un vélo parmi les participants des Cyclo-mardis de la Municipalité. Les détails suivront au printemps. Le directeur adjoint aux Loisirs et à la Vie communautaire, Olivier Vachon; la présidente du conseil d’administration de la Caisse Desjardins du Sud de la Matawinie, Édith Desroches; la mairesse Audrey Boisjoly, un ancien président du conseil d’administration de la Caisse Desjardins du Sud de la Matawinie, Robert Bellerose; la directrice générale de la Caisse Desjardins du Sud de la Matawinie, Guylaine Dubeau et le directeur général de la Municipalité de Saint-Félix-de-Valois, Mario Miller.©(Photo gracieuseté) http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51725 3e saison du concours de citrouilles décorées http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51724 À l’approche de la fête de l’Halloween, l’équipe de la Maison Louis-Cyr convie les jeunes et moins jeunes à participer à la 3e édition de son concours de citrouilles décorées. Plusieurs prix sont à gagner afin de récompenser les plus belles œuvres dans chacune des catégories.Les petits et les grands artistes sont invités à laisser place à leur imagination et à transformer leur citrouille en véritable chef-d’œuvre. Que ce soit à l’aide de peinture, collage ou montage de plusieurs citrouilles à la fois, le temps est venu de faire preuve de créativité et d’originalité. La participation est gratuite et le concours est ouvert à tous. Comment participer? Les personnes intéressées à participer doivent visiter le www.maisonlouiscyr.com et y télécharger le formulaire d’inscription ainsi que les règlements du concours. Trois catégories sont proposées : individuelle, famille ou groupe. Ensuite, les participants n’ont qu’à se présenter à la Maison Louis-Cyr entre le 12 et le 14 octobre, de 10 h à 16 h, avec leur œuvre et leur formulaire d’inscription dûment rempli. Les œuvres ne doivent être ni perforées ni vidées afin de pouvoir les conserver. Aussi, chaque œuvre devra avoir un titre. Toutes les œuvres reçues seront exposées au 2e étage de la Maison Louis-Cyr lors de la grande exposition de citrouilles décorées intitulée Au pays des citrouilles qui aura lieu du 19 au 28 octobre 2018. La population est invitée à venir en grand nombre témoigner du talent et de la créativité des artistes de la citrouille. Les visiteurs pourront également voter pour leur œuvre préférée. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51724 Invitation pour participer à la Semaine des sciences humaines http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51723 Le département des sciences humaines est heureux d’organiser la Semaine des sciences humaines, laquelle aura lieu du 22 au 26 octobre prochains au Cégep régional de Lanaudière à Joliette.Le thème retenu est « Le sport, plus qu’un jeu ! » et plusieurs spécialistes procéderont à son analyse au moyen de conférences, de projections cinématographiques et de discussions. L’ensemble des activités est offert gratuitement au public et le collège espère que celui-ci répondra à l’appel. « Nous voulions un thème actuel et avec lequel nous pourrions jeter un regard nouveau sur nos disciplines, » explique Stéphanie Poirier, enseignante au département des sciences humaines. Celle-ci se réjouit également de la qualité de la programmation qui sera offerte aux participants. « Ce sera vraiment enrichissant et stimulant de pouvoir entendre les points de vue du sociologue Nicolas Moreau, du journaliste Robert Frosi et de l’historienne Marion Beaulieu », admet-elle avec fierté. Un autre point fort sera également la conférence d’ouverture par l’Expédition AKOR, laquelle racontera l’épopée extraordinaire de 6 pagayeurs ayant réalisé une expédition en canot de 3 mois les amenant à découvrir une région des plus sauvages et isolée de Schefferville au village inuit de Nain, par un parcours original et audacieux de 1500 km. ProgrammationVoici l’horaire de la programmation : Lundi 22 octobre : Conférence d’ouverture par l’Expédition AKOR (19 h, Calimarose) Mardi 23 octobre : Nicolas Moreau, sociologue (12 h 15 à 14 h, Foyer de la Salle Roland-Brunelle) Mercredi 24 octobre : Robert Frosi, journaliste sportif (12 h 15 à 13 h 15, Hall du Cégep) Jeudi 25 octobre : Mario Beaulieu (12 h 15 à 14 h, Foyer de la Salle Roland-Brunelle) La programmation est complétée par une exposition de livres sur le sport qui aura lieu à la bibliothèque du collège. Des extraits vidéo et des objets historiques liés au sport y seront également présentés. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51723 Cross Triathlon – Défi CDLS 2018 : une première édition réussie http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51598 La Fondation Camp De-La-Salle dresse un bilan positif de la première édition du Cross Triathlon - Défi CDLS 2018. Plus de 130 personnes, bénévoles, spectateurs et coureurs de tous âges et tous calibres étaient réunis au Camp De-La-Salle le 22 septembre dernier pour l’occasion.Organisé en collaboration avec Robitaille, Pièces et Services et avec l’appui de Triathlon Québec, l’événement s’est déroulé dans une ambiance festive sous la présidence d’honneur de la triathlète rodriguaise Séverine Bouchez.Les sommes amassées permettront à des enfants issus de milieux moins favorisés de vivre l’expérience d’un séjour en camp de vacances. Elles serviront également à soutenir les infrastructures et l’achat d’équipements pour le Camp De-La-Salle.La Fondation Camp De-La-Salle tient à remercier ses partenaires majeurs qui ont su croire en l’événement.Rappelons que le Défi CDLS existait depuis quelques années. L’événement a toutefois pris une orientation différente pour la première fois en 2018. Plutôt que de suggérer sa classique course à obstacles comme événement bénéfice, l’organisme a choisi de faire vivre l’expérience d’une discipline moins connue, mais qui est en plein essor au Québec, le cross triathlon. Les disciplines proposées comprenaient, selon l’épreuve choisie, le vélo, la course à pied et la natation. Le mot « cross » signifie que les épreuves de vélo et de course se font en sentier et non sur la route.Le prochain événement bénéfice de la Fondation Camp De-La-Salle, soit la deuxième édition du souper gastronomique, aura lieu le 8 novembre à 18 h au Club de golf Montcalm.Information : www.deficdls.com, info@campdelasalle.qc.ca ou 450 883-2022. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51598 L’association Du Québec à Compostelle Lanaudière lance sa programmation http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51597 Les différentes activités s’adressent à tous ceux qui s’intéressent à Compostelle, que ce soit en préparation d’un départ ou simplement par curiosité.Tous ceux qui marchent vers Santiago de Compostella, croyants ou non-croyants, en reviennent changés et l’objectif de l’association est d’informer, préparer, assister et accueillir les pèlerins à leur retour. Pour ce faire, l’association offre une brochette d’activités qui se dérouleront dans Lanaudière.La première rencontre « Compostelle par 4 chemins » est un survol des principaux chemins qui mènent à Compostelle et des défis et splendeurs qui leur sont propres. L’évènement se tiendra le 4 octobre à Repentigny.La seconde consiste en « l’accueil des pèlerins » qui ont marché au printemps dernier ou cet automne. C’est une bonne occasion d’échanger avec ceux qui sont partis les années précédentes et de faire un retour sur ce qu’ils ont vécu.La troisième est l’atelier technique « De la bottine à la capine » dans lequel on présente le matériel le mieux adapté pour le voyage et où on parle de l’entraînement et des précautions à prendre pour pleinement profiter de cette belle aventure.À l’annonce du printemps aura lieu le « Coup d’envoi » qui marque le départ des premiers pèlerins avec la cérémonie de la remise des « Crédencials », ce document qui permet aux pèlerins l’accès aux auberges qui leur sont réservées tout au long du chemin.L’activité ultime de la programmation 2019 sera en juin, Compostelle à Val Notre-Dame. La marche de 10 kilomètres sur les terres de l’Abbaye de Saint-Jean-de-Matha en collaboration avec la Fondation Québécoise du Cancer et la communauté cistercienne est l’occasion rêvée de joindre une œuvre humanitaire à un aperçu d’une étape du Camino dans un décor bucolique et spirituel. Parmi ces différentes activités, deux conférences seront présentées. Le titre de la première est « Les Asturies et le Camino Primitivo » et porte sur cette région d’Espagne à l’origine des royaumes chrétiens qui ont mené la reconquête de l’Espagne occupée par les musulmans. Le titre de la seconde conférence sera dévoilé au cours de l’année.D’autres évènements locaux comme la présentation d’un film ou des évènements au niveau provincial comme le Grand Rassemblement ou une marche à l’Île aux Coudres organisés par d’autres sections québécoises seront aussi proposés.Pour les précisions concernant les dates et les lieux : www.duquebecacompostelle.org. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51597 12 nouveaux arbres plantés à Rawdon http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51531 Les Entreprises Nova inc. et Arbres Canada ont célébré la Journée nationale de l’arbre en faisant la plantation d’une dizaine d’arbres au parc Donald Stewart à Rawdon.Soulignons que ce partenariat avec la famille Lane et le Home Hardware de Rawdon existe depuis six ans et qu’il a permis la plantation de près de 200 arbres dans la municipalité, ce qui est assez remarquable selon Véronique Parent Lacharité d’Arbres Canada.Pierre Lane, du Home Hardware de Rawdon, a mentionné que c’est un beau projet auquel il participe avec plaisir chaque année.Lors de la conférence de presse, le maire, Bruno Guilbault, a souligné que la Municipalité a récemment revu sa vision au niveau des arbres en adoptant une politique.Le site du parc Donald Stewart réunit les amateurs de baseball et de soccer et possède des jeux pour les tout-petits.Le parc a été choisi pour la plantation d’arbres en raison de sa popularité et de son manque d’ombre.La plantation de cette année est un investissement de 3 200 $, dont 1 600 $ provenant d’Arbres Canada. Pins blancs (4), Tilleuls d’Amérique (6) et Amélanchiers du Canada (2) ornent maintenant le parc Donald Stewart.Sylvie Laberge, horticultrice pour la Municipalité, a expliqué en entrevue avec L’Action que l’Amélanchier est une espèce indigène qui produit de petits fruits comestibles pour les oiseaux.Arbres Canada, organisme de bienfaisance national, collabore avec Home Hardware depuis 25 ans ce qui a permis la plantation de quelque 25 000 arbres. Cette année, ce sont 34 magasins qui ont participé au projet.©Photo Élise Brouillette - L'ActionReprésentants des Entreprises Nova inc., de la Municipalité de Rawdon et d’Arbres Canada lors de la conférence de presse. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51531 Une nouvelle activité automnale à Rawdon http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51356 Le Grand Labyrinthe de Lanaudière de la Ferme Guy Rivest de Rawdon se prépare déjà pour l’Halloween. Petits monstres, sorcières, princesses et superhéros sont attendus les 27 et 31 octobre pour célébrer et trouver leur chemin dans 5 km de sentier réparti dans 60 000 mètres carrés de maïs, décoré et aménagé pour l’occasion. Que ce soit en plein jour ou à la lueur des étoiles, en famille ou entre amis, les gens sont invités à se déguiser et à découvrir une activité abordable et hors de l’ordinaire dans Lanaudière. « Le labyrinthe est l’occasion rêvée de fêter l’Halloween. La nuit, particulièrement, ajoute une aura de mystère et un défi supplémentaire à l’expérience », affirme Guy Rivest, président de la Ferme Guy Rivest.Inauguré le 29 juillet dernier, le labyrinthe est à la fois ludique et éducatif. Il propose aux visiteurs diverses énigmes, charades et questions en lien avec le thème de l’année (animaux). Spécifiquement pour l’Halloween, des activités additionnelles seront proposées, de même que de l’animation et des surprises.Ouvert tous les jours de 8 h à 18 h jusqu’au 31 octobre (sauf en cas de pluie), l’activité s’adresse aux petits comme aux grands. Le labyrinthe est aménagé (aire de repos, toilettes, table à langer) et les sentiers permettent aux poussettes de circuler facilement. Une aire de jeux et plusieurs tables à pique-nique sont mises à la disposition des visiteurs pour compléter leur expérience.©Photo gracieuseté - L'ActionLe Grand Labyrinthe http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51356 Des citoyens imaginent une ville de demain à Chertsey http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51355 Un groupe de citoyens s’organisent actuellement à Chertsey et dans les environs pour se mobiliser et se prendre en main afin de changer les choses et de penser une « ville de demain ».Emmanuelle J. Aubin est l’une des personnes à l’origine de ce projet ambitieux. Résidente de Chertsey depuis environ cinq ans, elle affirme, en entrevue avec L’Action, avoir constaté, au cours des années, le réel problème d’emplois de qualité dans la région.« On parle de pénurie de main-d’œuvre, mais les entreprises donnent de maigres salaires. »Le projet de mobilisation des citoyens et des entrepreneurs vise à faire en sorte que les gens aient envie de venir vivre, travailler et investir à Chersey.À l’image de la «Silicon valley », Emmanuelle J. Aubin souhaite voir se réaliser une démarche commune ayant pour but de bâtir une cité du futur à Chertsey, un écosystème dynamique centré sur l’éducation (adhésion au programme LAB école et offrir de nouvelles formules éducatives), la santé par la prévention, l’habitation à empreinte écologique réduite, l’alimentation autosuffisante et de qualité, la communication et la formation citoyenne, le tourisme par la mise en valeur des attraits locaux, la culture, l’art et le design.Nommé Écoétat, le projet prendra la forme d’une société d’actionnaires dont pourront faire partie tous les citoyens qui auront envie de s’impliquer.« Déjà un conseil d’administration provisoire a été formé », explique Emmanuelle J. Aubin.Les citoyens veulent arriver à devenir un milieu dynamique et motivant pour les entrepreneurs et leurs familles, un pôle attractif pour le démarrage et la croissance de nouvelles entreprises.Emmanuelle J. Aubin rappelle que des institutions universitaires sont situées à moins d’une heure de Chertsey. « Il existe à Montréal une population de 170 000 étudiants universitaires, dont 20 000 étrangers présentement en formation. En développant un environnement propice, pourrions-nous créer à Chertsey un pôle universitaire dans les secteurs suivants : Agro-alimentaire, Santé des populations, Intelligence artificielle, Architecture, robotique et domotique? »La première étape du projet sera de trouver un terrain qui pourra accueillir les habitations écologiques. « Ce sera une immense ville. On cherche un terrain de 300 à 600 acres. Il y aura des condos résidentiels et aussi des entrepreneurs. Ce sera une vitrine pour tout ce qui est technologies vertes. On veut une ville intelligente, un carrefour multiservice. Les gens pourront vivre et travailler au même endroit. »Le groupe est actuellement en prospection pour un site en Matawinie et l’objectif est qu’une pelletée de terre ait lieu au printemps pour la construction des habitations écologiques et économiques.« Il y aurait une serre, une clinique avec de nouveaux modèles de santé, une salle de spectacles. »Emmanuelle J. Aubin avoue que plusieurs disent que ce n’est qu’un rêve. « Mais c’est une réalité, ça va arriver. Il faut juste bien diriger les ressources. C’est idéaliste, mais c’est possible, il suffit de se tenir et de bouger ensemble. »Pour Emmanuelle J. Aubin, ce sera une manière d’amener les touristes en Matawinie et d’offrir des emplois de qualité dans la région.Une autre rencontre est prévue le 29 septembre à Chertsey.©Photo gracieuseté - L'Action http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51355 Journée Portes ouvertes de l’UPA ou l’exquise diversité de Lanaudière http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51284 «Lanaudière se positionne comme leader en agrotourisme et en expertise bioalimentaire, tant par la force de nos producteurs en émergence que par l’innovation constante de ceux déjà établis», selon Pascale Coutu, agricultrice et présidente du Conseil de développement bioalimentaire de Lanaudière (CDBL). C’est, en effet, ce qu’ont pu découvrir des milliers de curieux épicuriens lors de l’édition 2018 de l’événement Portes ouvertes sur les fermes du Québec en ce radieux 9 septembre dernier.Fermette Vallée St-Guillaume«Ça va très bien! Il est 13h et on estime l’achalandage à 700 personnes», a déclaré, visiblement satisfait, Gérard Gagnon, copropriétaire de la bergerie située à Saint-Jean-de-Matha, cheptel d’une soixantaine de brebis et de trois béliers. D’ailleurs, les visiteurs bombardaient de questions Lynn Levasseur, surnommée affectueusement la «bergère» par M. Gagnon, lors de la visite de la bergerie également pouponnière, questions pertinentes portant sur le chauffage géothermique, le type précis d’alimentation, les races sélectionnées, la qualité du lainage, mais surtout sur la viande puisque que la fermette se spécialise, outre le poulet de grain et le lapin à chair, dans la vente de viande d’agneau. Si les adultes s’intéressaient de près à ces aspects, les nombreux enfants, pour leur part, ne demandaient qu’à câliner les brebis.La Fermette Vallée St-Guillaume, qui en était à sa 3e participation pour l’événement annuel de l’UPA, est désormais à vendre en raison de la santé fragile de M. Gagnon qui souhaite prendre une retraite sereine, sans pour autant se départir de sa passion. «Nous avons déjà une autre maison tout près et j’aimerais beaucoup faire du mentorat gratuitement auprès de la relève qui va acquérir cette ferme», a-t-il souligné.Érablière à MarjoPropriétaires de cette érablière de Saint-Jean-de-Matha depuis quatre ans, Martin Provost et Johanne Rondeau s’initiaient cette année à la Journée Portes ouvertes, minutieusement préparés, mais sans attente particulière, selon Mme Rondeau : «On attend de 400 à 500 personnes. Jusqu’ici, les gens sont contents, nous avons d’excellents commentaires sur l’accueil, le service du personnel, les dégustations, les activités. Ils nous disent qu’ils se sentent comme chez-eux, en bref, comme ils nous disent dans le temps des sucres!»Visant a priori la promotion des produits de l’érablière par la dégustation des délices de beurre, tire, sirop, queues de castor et même barbe à papa, les visiteurs avaient droit également à une visite de l’évaporateur, d’où fusaient de nombreuses questions sur la transformation de la matière première, ainsi qu’une randonnée guidée dans l’érablière. Outre sa fonction initiale, soit celle de nous «sucrer le bec» dès février, l’érablière offre aussi un service de traiteur à l’année et est ouverte sur réservation pour des groupes voulant célébrer.La Courgerie et ses jardiniers gourmandsPlus de 1000 personnes ont pris d’assaut La Courgerie de Sainte-Élisabeth, tant pour profiter des nombreuses activités que pour se gorger d’informations divulguées avec expertise et touches d’humour par Pascale Coutu sur les courges et cucurbitacées. Trucs et astuces pour les «bichonner» avant de les apprêter ont visiblement captivé la foule. En ce qui a trait à cet événement, Mme Coutu spécifie que «8 personnes sur 10 sont de nouveaux visiteurs d’année en année, et ceux de l’année précédente reviennent plus tard pour participer à nos autres activités. Nous avons de bons commentaires. Les gens apprécient la rencontre et posent des questions sur la vie à la ferme, demandent des conseils sur le démarrage en agriculture, mais pointent plus sur le côté humain, personnel.»Dynamique, la copropriétaire sait créer des partenariats régionaux complémentaires pour la création de livres, entre autres, avec Qui sème récolte! pour le Meilleur des pommes, ainsi que le Meilleur du champignon avec l’Abbaye Val Notre-Dame, et le Meilleur des petits fruits, avec la Ferme Guy Rivest. «C’est toujours le même concept, soit des recettes simples et des matières de base du terroir faciles à trouver», commente Pascale Coutu.En plus de l’auto-cueillette, les dégustations et l’approche pédagogique ludique de cette journée, les activités offertes ont connu un franc succès. L’une d’entre elles toutefois se démarquait, animée par des intervenants du CPS de Lanaudière, pour souligner en ce 9 septembre la Journée mondiale de la prévention du suicide, problématique touchant de près le milieu agricole, en fonction du dur labeur. Fusionnant les deux thématiques du jour, on offrait aux enfants de planter une graine de haricot dans un petit pot –semer la vie- en terminant le tout par de joyeux selfies.©Photo Anne-Marie Duquette - L'Action http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51284 Une Galerie de la sculpture voit le jour à Sainte-Marcelline http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51174 L’artiste Lucie Nadeau, de Sainte-Marcelline-de-Kildare, ouvrira sa Galerie de la sculpture le 16 septembre prochain au 220, rang du Pied de la montagne.La galerie d’art voit le jour au cœur d’une maison bicentenaire (nommée L’Ancestrale), originellement située à Saint-Ambroise-de-Kildare, que Mme Nadeau a défaite pièce par pièce, prenant soin de la numéroter et de l’entreposer, pour la reconstruire en 2002.La maison a été ouverte au public en 2002, un court instant, à l’occasion du Festival des artisans. Elle le sera pour de bon dans quelques jours.La galerie, qui portera le nom L’Ancestrale Art 3D (faisant ainsi référence à la sculpture comme médium artistique), présentera les sculptures de Lucie Nadeau, au cœur d’un décor rempli d’antiquités.« J’ai toujours aimé les antiquités », raconte l’artiste. Certaines sont des trésors de famille, d’autres lui ont été données. L’important, toutefois, est que chaque meuble a son histoire.Lucie Nadeau a touché à différentes formes d’art au cours de sa vie. Pendant longtemps, elle se consacrait à l’aquarelle. Puis, elle a découvert la sculpture.« La sculpture vient me chercher car on peut réaliser notre pièce du début à la fin en demeurant dans la même émotion. »Ses pièces représentent en grande partie des animaux. Elle est aussi reconnue pour ses sculptures où apparaissent deux ou plusieurs visages. Ce qu’elle veut, toutefois, c’est que chacune de ses œuvres génère une émotion agréable.Lucie Nadeau remarque que la sculpture est un médium moins connu. En ouvrant sa galerie, elle souhaite faire découvrir cette forme d’art au public et lui montrer que c’est accessible. « La sculpture, c’est plus abordable que les gens pensent et ça traverse le temps. »L’ouverture officielle de la galerie aura lieu le 16 septembre, de 13 h à 16 h. Pour l’occasion, plus de 25 sculpteurs professionnels et de renom exposeront des œuvres à l’intérieur et à l’extérieur de la galerie. Selon Lucie Nadeau, les visiteurs pourront admirer plus de 100 sculptures. De l’animation de toutes sortes est prévue (musique, sculpture de citrouille, body painting). L’exposition se poursuivra pendant 10 jours. Par la suite, la galerie sera dédiée au travail de Lucie Nadeau et aux cours qu’elle donne. L’artiste propose des cours individuels ou de groupes, pour tous les âges et tous les niveaux, allant de fêtes d’enfants à des clubs FADOQ.Lucie Nadeau devant la Galerie de la sculpture.©Photo Élise Brouillette - L'Action http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51174 Un marché fermier local à Sainte-Béatrix http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51063 Répondant à l’invitation d’une rencontre pour solutionner son problème d’absence d’épicerie depuis la fermeture de la seule épicerie du village, une quarantaine de citoyens se sont rassemblés le 13 août dernier à Sainte-Béatrix pour évaluer les solutions offertes par l’équipe municipale et les organismes de la région : le marché de proximité « À Saveur Locale » et Bonne Boîte Bonne Bouffe.Le marché fermier marquera le départ d’une épicerie nouveau genre qui desservira la population de Sainte-Béatrix dès septembre prochain.« Au lieu de nous lancer dans le démarrage de nouveaux projets, nous avons choisi de prendre appui sur des organismes dédiés à l’alimentation qui sont déjà constitués et qui peuvent partager leurs services et leurs expertises avec nous », explique le maire de Sainte-Béatrix, Serge Perrault.Toutefois, le maire et la directrice des loisirs et des communications, Marie-Eve Laviolette, ont souligné que le plan comporte également plusieurs phases qui seront développées par le comité alimentaire, le tout dans un contexte mettant en valeur les ressources du milieu dont celles de producteurs bioalimentaires de la région immédiate. Le but est de développer des solutions à long terme permettant d’offrir à la population une belle variété alimentaire. Un service nécessaire pour Sainte-Béatrix, mais qui demandera de l’adaptation, souligne la Municipalité.C’est dans cette volonté de promouvoir les productions locales qu’un premier marché fermier aura lieu le 8 septembre devant l’hôtel de ville, de 10 h à 15 h, le tout dans un contexte festif et dynamique. Des producteurs locaux seront présents de même que le Jardin des Passionnés.L’organisme Bonne Boîte Bonne Bouffe (fruits et légumes frais) dont les livraisons auront lieu les mercredis dans la salle du conseil de la municipalité sera présent. Un kiosque d’À Saveur Locale (épicerie complète) y présentera les produits locaux qu’elle distribue en ligne ou à sa boutique de Joliette. En plus de faire des achats aux kiosques, les gens pourront aussi commander en ligne pour une première livraison d’À Saveur Locale le vendredi 14 septembre au Pavillon du Village dans la Salle A. Ainsi, l’ensemble des mesures offriront une alternative intéressante pour les Béatrixois, conclut la Municipalité.Les citoyens qui désirent s’impliquer comme bénévole dans ce projet peuvent contacter Marie-Ève Laviolette au 459-883-2245 poste 233.©Photo Élise Brouillette - L'ActionLe marché fermier aura lieu sur le terrain devant l’hôtel de ville. http://www.placeauxjeunes.qc.ca/actualite-id51063